Sur cette vue d'artiste figure une planète de type Jupiter chaud en orbite proche autour de l'une des étoiles du riche et vieil amas Messier 67, dans la constellation du Crabe. Les astronomes ont découvert, au sein de l'essaim, bien plus de planètes de ce type qu'attendu. Ce surprenant résultat fait suite à l'utilisation de divers télescopes et instruments, parmi lesquels le spectrographe Harps à l'Observatoire de La Silla de l'ESO au Chili. L'environnement plus dense d'un amas favorise de plus fréquentes interactions entre planètes et étoiles proches, ce qui peut expliquer cet excès de Jupiter chauds. © ESO, L. Calçada

Sciences

Jupiter chaud

DéfinitionClassé sous :exoplanète , Jupiter chaud

Un Jupiter chaud (en anglais hot Jupiter) est une exoplanète géante gazeuse de masse comparable ou supérieure à celle de Jupiter et dont le rayon orbital est inférieur à un dixième de celui de Mercure autour du Soleil. La température de leurs atmosphères est considérée comme supérieure à plusieurs centaines de degrés Celsius car elles sont souvent en orbite autour d'étoiles de type solaire (F et G) et rarement autour des naines rouges qui sont pourtant les étoiles les plus nombreuses dans la Voie lactée.

Le premier Jupiter chaud débusqué était la première exoplanète découverte autour d'une étoile de la séquence principale : il s'agit de 51 Pegasi b qui se situe à quelque 50 années-lumière de la Terre, dans la constellation de Pégase. L'un des Jupiters chauds les plus connus se nomme Osiris alias HD 209458 b, en orbite autour de l'étoile de type G (comme le Soleil) HD 209458, située à 154 années-lumière et également dans la constellation de Pégase.

Sur cette vidéo d'artiste figurent des planètes de type Jupiter chaud en orbite proche autour d'étoiles du riche et vieil amas Messier 67 dans la constellation du Crabe. © ESO, L.Calçada, M.Kornmesser, Music: Johan B. Monell

Des exoplanètes qui ont migré

La masse et la proximité des Jupiters chauds avec leur étoile-hôte les rendent faciles à détecter par la méthode des vitesses radiales, comme ce fut le cas avec 51 Pegasi b. Il est possible aussi de les identifier par la méthode du transit. Le premier cas observé fut HD 209458 b, bien que sa découverte fût faite initialement par la méthode des vitesses radiales.

HD 209458 b est célèbre non seulement pour cette raison mais aussi parce que c'est la première exoplanète dont l'atmosphère a été détectée. C'est même la première exoatmosphère où furent détectés de l'oxygène et du carbone.

La découverte des Jupiters chauds pose le problème de leur origine. Les chercheurs pensent généralement, mais il y a débat, que tout comme Jupiter et Saturne, ces géantes gazeuses se seraient formées à grandes distances, au-delà de la fameuse ligne des glaces, avant de migrer aux distances où on les observe actuellement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Esocast : comment les exoplanètes sont-elles détectées ?  Les découvertes d'exoplanètes, qui tournent autour d'autres étoiles, se multiplient. Les scientifiques de l’Eso (European southern observatory ou Observatoire européen austral) utilisent diverses techniques afin de les mettre en évidence. Les explications dans cet épisode d’Esocast.