GJ 436b n’est située qu’à 33 années-lumière de la Terre et c’est une géante gazeuse. Elle secoue en ce moment le monde de la planétologie car elle semble dépourvue de méthane en contradiction avec les modèles actuels.
Cela vous intéressera aussi

GJ 436b fait partie des Jupiter chauds, c'est-à-dire des exoplanètesexoplanètes dont l'orbiteorbite reste très proche de leur étoileétoile. En l'occurrence, il suffit de 2,64 jours à cette géante gazeusegéante gazeuse de la taille de NeptuneNeptune pour boucler son orbite autour de la sienne, une naine rougenaine rouge de type M plus froide que le SoleilSoleil et située dans la constellation du Lionconstellation du Lion.

Ce genre d'astreastre, faisant partie de la séquence principaleséquence principale du diagramme HR, a une massemasse inférieure à la moitié de celle du Soleil pour une température de surface d'au maximum 3.600 kelvinskelvins (K). L'étoile de ce type la plus connue est probablement Proxima du Centaure, la plus proche de nous. Ces étoiles sont peu lumineuses, présentant en général une luminositéluminosité ne dépassant pas 0,08 fois celle du Soleil.

GJ 436b tourne cependant si près de son étoile que sa température a été estimée à 800 K. Comme elle effectue un transittransit (elle passe entre son étoile et nous), elle est une cible de choix pour un télescopetélescope spatial comme SpitzerSpitzer. Bien que celui-ci soit à court d'hélium depuis un bon moment, il peut encore réaliser des analyses spectroscopiques des atmosphèresatmosphères des exoplanètes de ce genre.

Surprise !

Alors que les lois de la thermochimie et les observations précédentes de la cosmochimie impliquaient qu'une géante gazeuse de ce type, avec une température inférieure à 1.000 K, doit être riche en méthane et pauvre en monoxyde de carbonemonoxyde de carbone (CO), comme c'est le cas pour les géantes de notre Système solaireSystème solaire, les observations menées dans 6 bandes de longueurs d'ondelongueurs d'onde ne montrent pas de trace de méthane et, à l'inverse, une abondance de CO.

Les théoriciens sont perplexes. L'hydrogènehydrogène est l'élément le plus abondant de l'UniversUnivers, sous forme gazeuse et en présence de moléculesmolécules carbonées, les lois de la thermochimie à l'équilibre impliquent que l'hydrogène et le carbone doivent, en dessous de 1.000 K, réagir pour former une atmosphère dominée par le méthane.

Il semblerait que des réactions de déséquilibre thermochimique soient à l'œuvre, mais lesquelles ? Sur TerreTerre, l'oxygèneoxygène moléculaire de l'atmosphère ne devrait ainsi pas exister en grande quantité mais la vie se charge de ce genre de réactions de déséquilibre.

Une fois de plus, l'Univers surprend les planétologues en défiant les modèles les plus raisonnables bâtis à partir des observations dans le Système solaire.