Une vue d'artiste du transit de l'exoplanète HAT-P-7b située à environ 1.044 années-lumière de la Terre. Son diamètre est estimé à 1,4 fois celui de Jupiter. © Nasa, ESA, G. Bacon (STScI)

Sciences

Une exoplanète géante avec des vents de saphirs et de rubis ?

ActualitéClassé sous :Jupiter chaud , HAT-P-7b , corindon

-

Sur l'exoplanète HAT-P-7b, une géante gazeuse surchauffée qu'ils étudient depuis huit ans, les astronomes pensent avoir détecté pour la première fois des variations de vent dans son atmosphère. Résultat remarquable en soi mais à la conclusion encore plus étonnante : ces vents pousseraient des nuages contenant le minéral de base de nos saphirs et nos rubis.

Découverte en 2008 grâce au Hungarian Automated Telescope Network, une exoplanète vient de faire l'objet d'une publication dans Nature Astronomy. Cette géante gazeuse, baptisée HAT-P-7b mais aussi connue sous le nom de Kepler 2b, se situe à 1.044 années-lumière du Soleil dans la direction de la constellation du Cygne. C'est un Jupiter chaud car son atmosphère possède une température moyenne estimée à près de 2.700 kelvins. Ce qui n'est pas étonnant car elle tourne autour de son étoile hôte, HAT-P-7, en guère plus de deux jours. Elle est plus grande que Jupiter d'environ 37 %. Elle a été découverte par la méthode du transit, c'est-à-dire par l'étude de la baisse de luminosité de l'étoile lorsqu'une planète l'éclipse partiellement.

Mais ce qui lui vaut de revenir sur le devant de la scène est l'étrange découverte qu'a faite une équipe d'astrophysiciens. Ces chercheurs ont des raisons de penser que son atmosphère surchauffée et à la chimie particulière est probablement parcourue par des vents contenant des grains de corindon. Or, ce minéral composé d'alumine anhydre cristallisé, de formule Al2O3, peut prendre plusieurs formes parmi lesquelles le rubis (quand il contient de l'oxyde de chrome) et le saphir (avec des traces de titane et de fer quand il est bleu).

Ce rubis brut est une variété de corindon. C'est une pierre précieuse. © DP, Wikipédia

HAT-P-7b, un Jupiter chaud en rotation synchrone

HAT-P-7b est aussi la première géante gazeuse en dehors du Système solaire sur laquelle on distingue des modifications dans la circulation des vents et donc une météorologie changeante. C'est ce que David Armstrong, de l'université de Warwick, a déduit avec ses collègues de l'étude des changements dans la courbe de l'intensité de la lumière réfléchie par l'exoplanète déduite des observations du télescope spatial Kepler. Ces changements indiqueraient d'ailleurs l'occurrence de tempêtes catastrophiques dans l'atmosphère du Jupiter chaud.

Les astrophysiciens ont en effet constaté qu'un point brillant sur l'astre changeait de position avec le temps. Il devrait s'agir d'un jet équatorial avec des vitesses hautement variables, poussant des nuages chargés en corindon. Ces nuages devraient se former sur la face nocturne de l'exoplanète et se dissiper sur la face diurne à cause des hautes températures faisant s'évaporer ce minéral. HAT-P-7b est en effet en rotation synchrone, ce qui veut dire qu'elle présente toujours la même face à son étoile.

Cela vous intéressera aussi

Interview : qu'est-ce qu'une exoplanète ?  La question des exoplanètes est très ancienne en astronomie. Leur existence est pour la première fois attestée de façon indirecte dans les années 1990. Futura-Sciences a rencontré Jean-Pierre Luminet, astrophysicien de renom, afin qu’il nous parle plus en détail de ce passionnant sujet.