L'astronaute américain Greg Chamitoff installant Geoflow I dans le module Columbus lors de la première mission en Octobre 2008. Cette expérience avait pour objectif d'étudier la physique des fluides dans le noyau liquide de la Terre. © Nasa

Sciences

L'ATV-2, en route vers l'ISS, transporte une Terre "miniature"

ActualitéClassé sous :Astronautique , géologie , atv

Actuellement transportée par le vaisseau automatique ATV-2, l'expérience Geoflow, sorte de Terre miniature, servira, à bord de la Station spatiale, à étudier les courants à l'origine des mouvements du manteau terrestre.

Lancé par une fusée Ariane-5 le 16 février, l'ATV-2 Johannes Kepler est en route vers la Station spatiale internationale en vue d'un amarrage le 24. Il transporte dans son module pressurisé plusieurs tonnes de fret et d'expériences scientifiques, dont Geoflow II qui a pour objectif d'étudier les courants engendrant les mouvements du manteau terrestre. Cette expérience succède à Geoflow I qui avait volé à bord de l'ISS en octobre 2008, dans le but d'étudier la physique des fluides dans le noyau de la Terre.

Le manteau terrestre est à l'origine des activités volcaniques, de la tectonique des plaques, mais aussi des séismes, d'où l'intérêt de mieux comprendre son fonctionnement. Les scientifiques espèrent que les expériences menées à bord de l'ISS leur permettront d'améliorer les méthodes de calcul numérique.

Le container Geoflow II qui permet d’étudier les événements se déroulant à l’intérieur de la Terre, en les simulant dans l’espace. En l'occurrence à bord de la Station spatiale. © Astrium

Étudier les profondeurs de la Terre dans l’espace

En raison de la gravité, ce type d'expérience est impossible sur Terre, d'où la nécessité de les réaliser dans l'espace. Mise au point par des scientifiques de l'Université de Cottbus (Allemagne), cette Terre en miniature se présente sous la forme d'un container de la taille d'une boîte à chaussures à l'intérieur duquel est installée une sphère, entourée d'un fluide.

L'idée est d'étudier une sorte de fluide mielleux contenu entre les deux sphères (intérieure et extérieure) du manteau, chacune effectuant une rotation à la même vitesse et se trouvant à une température différente. La gravité sera simulée par l'application d'un champ électrique à haute tension. Les courants de circulation du fluide seront alors photographiés. Cette expérience ne peut fonctionner que si les champs de force artificiels ne sont pas faussés par un champ gravitationnel. C'est pour cette raison qu'elle ne peut être conduite qu'en conditions de microgravité, autrement dit dans l'espace.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi