Depuis des décennies, le modèle de balance calorique (apport/dépense) règne en maître. En se basant sur ce modèle, on peut donc penser en simplifiant que si on mange trop (apport), on grossit et que si on fait du sport (dépense), on maigrit. Mais ce modèle est en partie erroné.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les vertus du chocolat Découvrez quelques-unes des vertus attribuées au chocolat. Un peu antidépresseur, un peu stimunull

Pour souligner le fait que manger moins ne fait pas maigrir, il suffit de prendre entre autres l'exemple de populations sous-alimentées du fait de la pauvreté. Chez certaines de ces populations, on trouve de nombreuses personnes obèses. Plus on est pauvre et plus le risque d'être en surpoidssurpoids est susceptible d'augmenter, un phénomène confirmé par les Centers for Disease Control (Centres de contrôle des maladies). 

Alors comment peut-on être en surpoids en ne mangeant que très peu ? C'est que la prise de poids vient de la qualité des aliments, non de leur quantité. Et les populations les plus pauvres ne peuvent se nourrir que d'aliments de base, riches en amidonamidon par exemple (pommes de terrepommes de terre, riz, maïsmaïs...), alors que les meilleurs apports en glucidesglucides (que l'on trouve dans les légumes) ne pourront pas être trouvés.

Régime : perdre du poids c’est souvent perdre du muscle

L'autre problème de la diminution des caloriescalories journalières vient de la difficulté à tenir ce régime. Pour la plupart des personnes, il n'est pas possible de se réguler toute une vie, les kilos perdus au départ reviennent naturellement lors d'une reprise d'alimentation normale. De plus, l'apport moindre en calorie engendre une fontefonte des muscles (qui s'apparente donc à une perte de poids sur la balance), leur massemasse étant en partie remplacée par de la graisse. En mangeant moins, la perte de poids est liée à la perte de muscle, la graisse se stocke et lorsque la personne reprend son alimentation normale, elle reprend alors du poids, par-dessus cette graisse.

Par Christian Boyer