Toast entre amis au cours d'un apéritif. Ne pas oublier que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer toujours avec modération ! © G Lombardo, Adobe stock
Santé

Pourquoi la chaleur et l'alcool sont un mauvais cocktail ?

Question/RéponseClassé sous :Corps humain , alcoolisme , hygiène de vie
 

[EN VIDÉO] À quelle vitesse élimine-t-on l'alcool ?  Depuis le tube digestif, l'alcool passe très vite dans le sang, d'où il atteint rapidement le cerveau, avec les effets que l'on sait. Le corps, ensuite, va métaboliser l'éthanol pour s'en nourrir. Mais ce phénomène-là est bien plus lent... 

Période estivale et vacances sont autant d'occasions pour boire un apéritif, ou un verre ou deux. Mais sous l'effet de la chaleur l'organisme supporte moins l'alcool. Des mécanismes moléculaires complexes intervenant dans des systèmes de régulation physiologique sont perturbés par l'ingestion d'alcool. L'effet cumulatif de ces perturbations et des réponses naturelles de l'organisme à des températures élevées peut avoir des conséquences délétères.

L'alcool encore appelé éthanol ou alcool éthylique, une fois ingéré dans le tube digestif, passe dans le sang puis est métabolisé, principalement dans le foie, où il est transformé en acétaldéhydeSubstance psychoactive, l'alcool est connu pour ses différents effets sur l'organisme. Il favorise la libération de dopamine (activation du système de récompense) procurant une sensation de bien-être et une désinhibition (euphorie) et peut dans une deuxième phase avoir des propriétés sédatives. Les effets sur le système nerveux sont faciles à constater mais des mécanismes moléculaires complexes impliquant les membranes cellulaires, les neurotransmetteurs, les neuropeptides et les canaux ioniques intervenant dans les échanges cellulaires, sont altérés au cours d'une intoxication aiguë.

En période estivale, et en réponse à une température extérieure élevée, les processus de régulation de la température corporelle engendrent une vasodilatation cutanée et une augmentation de la transpiration contribuant à une déshydratation. Ces adaptations naturelles du corps à la chaleur seront amplifiées par les effets secondaires mis en place au cours d'une ingestion importante d'alcool.

L’effet vasodilatateur de l’alcool

Parce qu'il agit sur les récepteurs impliqués dans les processus de contraction et de relâchement des cellules musculaires lisses des vaisseaux sanguins, l'alcool a un effet vasodilatateur dont l'importance varie avec l'environnement dans lequel se situe le consommateur. Plus la température du milieu est élevée plus la vasodilatation est importante.

Ce mécanisme entraîne une augmentation de la température de la peau, se manifestant par une sensation de chaleur qui, couplée avec le soleil, peut s'avérer dangereuse. Une sensation de malaise risque de se produire et la sensibilité au coup de chaleur est accrue.

Mécanisme d'action de la vasopressine (Hormone antidiurétique ou ADH) dans la recapture de l'eau par les reins. © Ellipigraphica, Adobe Stock

L'effet diurétique de l’alcool

L'alcool augmente un état de déshydratation. Ce phénomène résulte de ses propriétés diurétiques. Bien que les mécanismes soient mal connus, l'alcool est un inhibiteur de la vasopressine (hormone anti-diurétique produite par l'hypothalamus qui favorise la réabsorption d'eau au niveau rénal et qui est impliquée dans la sensation de soif). En cas d'intoxication éthylique, les urines sont plus diluées, plus fréquentes et la quantité d'eau évacuée est supérieure à celle ingérée dans la boisson alcoolisée. Il en résulte un état de déshydratation cumulatif avec celui lié à la sudation dans un environnement chaud.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !