Une alcoolémie de 1,5 g par litre de sang peut être mortelle chez certaines personnes. © fotoriatonko, Adobe Stock
Santé

Alcoolémie : quelle dose maximale d'alcool le corps peut-il supporter ?

Question/RéponseClassé sous :alcoolisme , alcoolémie maximale , pic d'alcoolémie
 

La tolérance à l'alcool est très variable selon les individus, mais une consommation d'alcool massive peut entraîner un coma éthylique mortel.

Le record du monde d'alcoolémie revient à un Polonais d'une trentaine d'années, retrouvé dans un fossé en état d'ébriété avancé avec 13,7 grammes d'alcool dans le sang. Ce qui signifie que son sang était plus chargé en alcool qu'un verre de vin ! Un record tout à fait exceptionnel, quand on sait qu'un taux de 4 g par litre de sang peut provoquer un coma éthylique et entraîner la mort.

Dose létale d’alcool

Il n'existe donc pas de dose létale d'alcoolémie, chaque individu ayant une tolérance variable à l'alcool. À poids égal, les femmes réagissent plus fortement à l’alcool, notamment parce qu'elles ont davantage de tissu gras, où l'alcool se diffuse plus rapidement. On estime ainsi qu'un verre moyen chez une femme équivaut à un verre et demi chez les hommes. Il existe également un facteur génétique, certains personnes supportant mieux des doses élevées d'alcool que d'autres. «On estime qu'avec 1,5 gramme d'alcool dans le sang, 30% de la population ferait un coma éthylique», avance le Dr Philippe Batel, médecin addictologue à l'hôpital Beaujon (AP-HP) à Clichy dans Le Figaro.

La tolérance à l’alcool varie grandement en fonction du sexe, de l’âge et d’autres facteurs individuels. L’intoxication est d’autant plus probable que l’alcool est consommé rapidement. © Pixel-Shot, Adobe Stock

L'accoutumance est un autre phénomène important. Une personne habituée à boire de l'alcool régulièrement supportera mieux des doses importantes. L'alcool possède un index de sécurité de 10, ce qui signifie qu'il faut prendre 10 fois la dose habituellement consommée pour provoquer une overdose mortelle. Certains médicaments peuvent aussi influer sur le métabolisme de l'alcool.
L'intoxication est bien entendu d'autant plus probable que l'alcool est ingéré dans un court laps de temps. On estime qu'à jeun, l'alcoolémie atteint son maximum 30 minutes après la prise et diminue ensuite de 0,10 g/l à 0,15 g/l par heure.

La mort par intoxication alcoolique

L'intoxication alcoolique entraîne de multiples conséquences. Au-delà de 3 g d'alcool dans le sang, la température du corps baisse considérablement, avec un gros risque d'hypothermie. La diminution de la respiration peut aboutir à une arrêt respiratoire. Le risque le plus important est le coma éthylique, avec perte de conscience où le patient s'étouffe lui-même, soit avec ses vomissements, soit parce que sa langue chute dans l'arrière gorge lorsqu'il est sur le dos. À long terme, la consommation excessive d’alcool peut provoquer une cirrhose du foie, des saignements des muqueuses de l'estomac et des intestins, des problèmes cardiaques, un cancer du pancréas, des lésions au cerveau pouvant entraîner de psychoses et une dépression.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !