Ce masque ClearMate conviendrait pour soigner les intoxications alcooliques sévères qui n'ont pour l'instant aucun traitement à part médicamenteux. © felipecaparros, Adobe Stock
Santé

Ce masque révolutionnaire « absorbe » l'excès d'alcool quand on a trop bu

ActualitéClassé sous :médecine , masque respiratoire , alcoolémie

Lorsque l'on a ingéré une dose massive d'alcool, il n'y a généralement pas grand chose d'autre à faire que d'attendre que le foie élimine l'excès d'éthanol en espérant éviter le coma éthylique. Une nouvelle méthode basée sur l'hyperventilation pourrait toutefois permettre d'évacuer l'alcool par les poumons trois fois plus rapidement.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] À quelle vitesse élimine-t-on l'alcool ?  Depuis le tube digestif, l'alcool passe très vite dans le sang, d'où il atteint rapidement le cerveau, avec les effets que l'on sait. Le corps, ensuite, va métaboliser l'éthanol pour s'en nourrir. Mais ce phénomène-là est bien plus lent... 

Lorsque l'on boit beaucoup d'alcool en peu de temps, le foie a du mal à éliminer l'excès et l'alcoolémie augmente alors très fortement. Généralement, l'alcoolémie atteint son maximum en 30 minutes à jeun et en une heure au cours d'un repas. L’alcoolémie diminue ensuite de 0,1 g à 0,15 g par heure selon les individus, et peu de moyens existent pour accélérer le processus. Mais si le foie se charge de la majeure partie du travail, une petite partie de l'alcool est aussi éliminée par les poumons, ce que l'on peut remarquer, par exemple, quand on respire l'haleine des personnes ayant trop bu. Lorsque le sang saturé en alcool arrive dans les poumons pour leur amener de l'oxygène, l'alcool est alors évacué même temps que le dioxyde de carbone.

Le masque ClearMate, développé par la start-up Thornhill Medical, permet d’éliminer l’alcool trois fois plus rapidement. © University Health Network

L’hyperventilation pour exhaler l’alcool sanguin

C'est ce mécanisme qu'ont mis à profit des chercheurs canadiens qui ont inventé un masque spécial favorisant l'élimination d'alcool grâce à l’hyperventilation. Plus on respire rapidement, plus le corps va effectivement éliminer le dioxyde de carbone et donc l'alcool continu dans le sang.

Le problème, c'est qu'en éliminant trop de CO2 en même temps, l'hyperventilation entraîne une hypocapnie (diminution de la pression de dioxyde de carbone dans le sang) qui a de fâcheuses conséquences : dyspnée, tremblements, vertiges, agitation, palpitations cardiaques, voire perte de conscience et tétanie. Le masque, mis au point par l'anesthésiste Joseph Fisher et ses collègues de l'université de Toronto, permet d'enclencher une hyperventilation tout en fournissant un apport en oxygène et en dioxyde de carbone pour rétablir l'équilibre sanguin gazeux.

Le taux d’alcoolémie chute très rapidement lorsque le patient est mis sous masque (zones bleu clair). © Joseph Fisher et al, Scientific Reports, 2020

« À chaque aspiration, le masque apporte du dioxyde de carbone, et l'excès est restitué lors de l'expiration suivante, décrit Joseph Fisher. Tout cela se fait de manière simple par une valve mécanique, donc de manière infaillible, et sans avoir recours à de l'électronique, des filtres ou un ordinateur ». Le masque a été testé auprès de cinq volontaires, qui ont absorbé une dose « modérée » d'alcool (généralement un cocktail de 250 ml de vodka à 80° dilué dans 500 ml d'eau) afin d'augmenter leur alcoolémie de 0,1 %. Le taux d'alcool sanguin a été mesuré après le processus naturel d'élimination d'alcool ainsi qu'avec une utilisation du masque pendant une demi-heure après l'ingestion. D'après les résultats de l'étude publiés dans la revue Scientific Reports, le masque permet de faire diminuer le taux d'alcool trois fois plus rapidement qu'en l'absence de protocole spécifique.

Traiter les intoxications aiguës d’alcool

Initialement développé pour traiter les intoxications au monoxyde de carbone, le masque appelé ClearMate et développé par la start-up Thornhill Medical (spin-off de l'université de Toronto) a reçu l'approbation de la Food and Drug Administration (FDA) en mars 2019. Selon Joseph Fisher, le dispositif pourrait facilement être adapté aux intoxications alcooliques sévères, voire aux comas éthyliques où le patient est déjà inconscient. Celui-ci serait dans ce cas intubé directement au niveau des poumons, en utilisant un sac autogonflant pour produire une respiration manuelle.

« Au vu du temps de demi-élimination de 40 mn observé dans cette étude, on peut prévoir qu'il faudrait beaucoup moins de temps pour réduire le niveau d'alcool sanguin en dessous d'une plage mortelle », avance l'étude. Rappelons tout de même que l'ingestion massive ou modérée d'alcool est dangereuse pour la santé et abîme le foie, quel que soit le moyen utilisé pour éliminer l'excès.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !