Santé

Mécanismes moléculaires de l'activation des cellules microgliales

Dossier - Biologie de la Communication Cellulaire
DossierClassé sous :génétique , biologie , cellule

-

La communication cellulaire est l'ensemble des mécanismes qui permettent à une cellule, un tissu et un organisme de recevoir, interpréter et répondre aux signaux émis par d'autres cellules ou par son environnement.

  
DossiersBiologie de la Communication Cellulaire
 

Mécanismes moléculaires de l'activation des cellules microgliales

Les cellules microgliales jouent un rôle essentiel au cours du développement cérébral et dans les réactions immunitaires du tissu nerveux. Ces cellules sont sensibles aux modifications de leur environnement, ce qui se traduit par un changement phénotypique. Les cellules microgliales activées éliminent les éléments du tissu cérébral de type infectieux, cancéreux, ou nécrotique. Au delà d'un certain degré d'activation, des molécules libérées s'avèrent toxiques pour l'environnement : radicaux libres, dérivés oxygénés, protéases, cytokines, etc... détruisant neurones et oligodendrocytes.

Cellules microgliales. © PublicDomainPictures CCO, Domaine public

L'activation surprolongée des cellules microgliales aggraveraient certaines pathologies (accidents vasculaires-cérébraux) ou contribueraient au développement de maladies neurodégénératives. La recherche de facteurs contrôlant l'activation des cellules microgliales et le mécanisme d'action a conduit à identifier la chromogranine A comme un élément activateur des cellules microgliales. Le modèle choisi est un modèle in-vitro représenté par les cellules microgliales purifiées de cerveau de rat et mis en culture primaire. Leur activation conduit à la libération d'éléments tels que NO.

Les expériences de cocultures (neurones cultivés en présence de cellules microgliales) montrent que l'activation des cellules microgliales par la chromogranine A conduit à la mort des neurones. Le travail actuel consiste à rechercher les facteurs impliqués dans ce mécanisme, ainsi que les voies de signalisation activées, et à valider l'ensemble de ces observations sur un modèle in-vivo chez l'animal.

D. Aunis, J. Ciesielski-Tresca, G. Ulrich