La chromatine désigne la masse composée d’ADN et de protéines présente dans le noyau en interphase. © JosLuis, Fotolia

Santé

Chromatine

DéfinitionClassé sous :génétique , chromatine , chromosome

La chromatine (du grec chroma, couleur) est une masse de matière qui apparaît colorée au microscope photonique ou électronique et qui correspond à l'enchevêtrement des chromosomes situés dans le noyau des cellules eucaryotes. La chromatine est composée d'ADN et de protéines, les histones. Lors de la période du cycle cellulaire où la cellule ne se divise pas (interphase), les chromosomes ne peuvent pas être distingués individuellement et se trouvent dans la chromatine.

Les histones s'associent en octamères appelés nucléosomes qui jouent un rôle dans la condensation de l'ADN : la double hélice s'enroule deux fois autour d'un octamère d'histones. La modification des histones (méthylation, acétylation, phosphorylation...) est un mécanisme épigénétique de contrôle des gènes. La modification des histones a un impact sur la structure de l'ADN et donc l'expression des gènes : si l'ADN est plus condensé, il est moins accessible et aura moins de chances de s'exprimer.

Euchromatine et hétérochromatine

Dans la chromatine, on distingue généralement :

  • l'hétérochromatine plus condensée, qui comprend des zones sans gènes, les centromères, télomères, ou des régions du génome dont les gènes ne sont pas actifs. L'hétérochromatine est « silencieuse » et peu accessible aux facteurs de régulation. Très compacte, elle est répliquée tardivement ;
  • l'euchromatine, qui est moins condensée et comprend des gènes qui s'expriment dans la cellule.

La différenciation d'une cellule peut conduire différents gènes à s'exprimer ; les zones d'hétérochromatine et d'euchromatine peuvent donc évoluer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Barbara McClintock, pionnière de la génétique  Pionnière de la génétique, l'Américaine Barbara McClintock a multiplié les découvertes entre la fin des années 1920 et les années 1950 : le rôle des chromosomes dans l’hérédité, le « crossing-over », les gènes sauteurs, la régulation des gènes, l'épigénétique... En avance sur leur temps, ses travaux ont été rejetés… puis tous confirmés. Récompensée in extremis par un Nobel en 1983, elle fut de son vivant pleinement reconnue comme une des plus grandes biologistes. Mais si tardivement...