Un nucléosome comprend huit protéines d’histones autour desquelles s’enroule l’ADN. © deusin, Fotolia

Santé

Histone

DéfinitionClassé sous :génétique , histone , ADN

Une histone est une protéine basique s'associant à l'ADN pour former la structure de base de la chromatine. Les histones jouent un rôle important dans l'empaquetage et le repliement de l'ADN : elles permettent la condensation de l'ADN dans la chromatine. Les histones contiennent une proportion importante d'acides aminés possédant des charges positives, comme la lysine ou l'arginine. Or l'ADN possède des charges négatives, d'où des liaisons solides entre ADN et histones. Chez la plupart des eucaryotes, il existe cinq sortes d'histones.

Sur des images de microscopie électronique, l'ADN des eucaryotes ressemble à un « collier de perles », chaque perle étant un nucléosome. Un nucléosome est composé d'ADN enroulé autour de huit protéines, comprenant quatre sortes d'histones : H2A, H2B, H3 et H4. Une cinquième histone, H1, est attachée à l'ADN et stabilise l'ensemble.

Rôle des histones dans l’expression des gènes

Dans la chromatine, on distingue l'euchromatine, moins condensée, dans laquelle s'expriment les gènes, et l'hétérochromatine, plus condensée. L'euchromatine est peu méthylée. En revanche, la méthylation des histones est un facteur important de la condensation de l'hétérochomatine ; cette structure condensée est inactive du point de vue de la transcription.

De manière générale, la modification des histones fait partie des facteurs épigénétiques qui contrôlent l'expression des gènes. Des facteurs de l'environnement peuvent modifier les histones et donc influencer l'expression des gènes. Des modifications épigénétiques sont impliquées dans des maladies.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Barbara McClintock, pionnière de la génétique  Pionnière de la génétique, l'Américaine Barbara McClintock a multiplié les découvertes entre la fin des années 1920 et les années 1950 : le rôle des chromosomes dans l’hérédité, le « crossing-over », les gènes sauteurs, la régulation des gènes, l'épigénétique... En avance sur leur temps, ses travaux ont été rejetés… puis tous confirmés. Récompensée in extremis par un Nobel en 1983, elle fut de son vivant pleinement reconnue comme une des plus grandes biologistes. Mais si tardivement...