Consommer en excès, la viande transformée semble néfaste notamment si elle est combinée avec le tabac et une alimentation globalement malsaine. © RGtimeline, Fotolia

Santé

La viande transformée associée à un risque plus élevé d'une maladie pulmonaire chronique

ActualitéClassé sous :Nutrition , viande , viande cancérogène

Une nouvelle étude parue dans le prestigieux journal The Lancet fait état d'une association entre une consommation faible de viande transformée chez les femmes d'âge moyen et la survenue des maladies pulmonaires chroniques. Que faut-il penser de cette corrélation ? 

Depuis maintenant quelques années, la viande transformée est classée parmi les cancérogènes probables par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), qui rappelons-le fait état du potentiel cancérogène d'une substance sans évaluer le risque réel qu'elle représente en matière de santé publique. La viande transformée est de plus en plus suspectée de favoriser les cancers digestifs, notamment colorectal, lorsqu'elle est consommée en excès.

Dans une autre registre, une récente étude parue dans le journal médical The Lancet a trouvé une association entre une consommation plus ou moins faible (une fois ou plus par semaine) de viande transformée et la prévalence des maladies pulmonaires obstructives chroniques telles que la bronchite obstructive chronique et l'emphysème. Mais ce n'est pas tout. Cette consommation aggraverait considérablement le risque de ce type de pathologie chez les personnes qui fument et mangent mal.

Corrélation n'est pas causalité 

Cette importante étude a compilé les données de plus de 87.000 infirmières provenant, chaque année, des célèbres cohortes Nurse Health Study (ou étude sur la santé des infirmières). Au final, ce sont plus de 2 millions de femmes qui ont participé à cette étude entre 1991 et 2017. Après analyse des données, les chercheurs ont constaté que les femmes qui consommaient plus de viande transformée (une fois ou plus par semaine) avaient 29 % de maladies pulmonaires obstructives chroniques en plus que celles qui en consommaient jamais ou moins d'une fois par semaine. 

Mais ce qui est plus intéressant, c'est l'analyse des sous-groupes entrepris par les investigateurs. Ces derniers ont mesuré l'impact de la consommation de viande transformée sur la survenue de ces maladies associé à des facteurs de risques connus tels que le tabagisme et une alimentation malsaine. Si le risque relatif reste faible concernant viande transformée et tabac (+ 37 %) et viande transformée et alimentation malsaine (+ 39 %), la comparaison des femmes comptabilisant les trois facteurs de risque à celles qui n'en comptaient aucun, est effarante : 6,32 fois plus de risques de développer ce type de maladie en moyenne. Cela démontre que le tabagisme et le mode de vie global en sont les deux facteurs prépondérants.

Solution : mieux manger et arrêter le tabac

Il semble donc que la consommation de viande transformée n'a pas un si grand impact sur la survenue des maladies pulmonaires obstructives chroniques. Néanmoins, cela peut faire partie d'une stratégie globale pour vivre plus sainement. Commencer par consommer de la viande transformée plus rarement peut constituer, pour certaines personnes, un palier, un objectif, vers un mode de vie plus sain qui les poussera peut-être à mieux manger globalement ainsi qu'à arrêter de fumer. Pour mieux manger, on peut consulter un ou une diététicienne. Il est aussi vivement conseillé de se faire aider si l'on veut arrêter la cigarette.

  • La viande transformée est classée cancérogène probable par le Circ depuis 2015.
  • La consommation de viande transformée est associée à un risque plus élevé de maladie pulmonaire obstructive chronique.
  • La consommation de viande transformée semble néfaste en excès surtout lorsqu'elle est combinée au tabagisme et à une alimentation globalement malsaine. 
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi