Le logo Nutri-Score n’est malheureusement pas obligatoire sur les emballages. © Rido, Fotolia

Santé

La malbouffe augmente le risque de cancers

ActualitéClassé sous :cancer , Nutri-Score , logos

Dans une vaste étude sur plus de 470.000 Européens, les personnes qui consommaient le plus d'aliments mal notés par le système Nutri-Score avaient plus de cancers. Une preuve que cet étiquetage informe correctement les consommateurs - à condition d'en tenir compte.

Beaucoup de cancers pourraient être évités en agissant sur le mode de vie des individus ; le tabagisme, la consommation d'alcool, l'alimentation, la sédentarité sont des facteurs liés à de nombreuses maladies chroniques. Mais dans quelle mesure une alimentation saine peut-elle limiter notre risque de cancers ? Et peut-on se fier aux étiquettes présentes sur les emballages des aliments pour faire de bons choix pour sa santé ?

En France, le logo Nutri-Score permet de noter la qualité nutritionnelle des aliments, grâce à cinq couleurs, de vert à rouge, et cinq lettres, de A à E ; le Nutri-Score a été imaginé à partir d'un système utilisé par une agence sanitaire britannique : le British food standards agency nutrient profiling system ou FSAm-NPS.

Dans cette étude parue dans la revue en ligne PLOS Medicine, des chercheurs de l'Inserm (unité Inserm U1153/Inra/Cnam/Paris 13-EREN) et du Circ ont voulu savoir si le Nutri-Score pouvait vraiment aider les consommateurs à choisir les aliments bons pour leur santé. Les chercheurs ont utilisé les données d'une cohorte de 471.495 Européens provenant de dix pays différents.

Le visuel du Nutri-Score est facile à comprendre : les aliments de bonne qualité nutritionnelle sont gratifiés d’un A dans le vert. © Nevada31, Fotolia

Les aliments de faible qualité nutritionnelle associés au cancer

Les participants, qui ont été suivis en moyenne pendant 15 ans, entre 1992 et 2014, faisaient partie de l'étude Epic (European prospective investigation into cancer and nutrition) et avaient répondu à des questionnaires alimentaires. Les chercheurs ont relevé 49.794 nouveaux cas de cancers, parmi lesquels les plus fréquents étaient : 12.063 cancers du sein, 6.745 cancers de la prostate et 5.806 cancers colorectaux.

Le régime de chaque participant a été noté grâce au système FSAm-NPS ; plus l'alimentation d'une personne obtenait un score élevé, moins la qualité de ses aliments était bonne. Les chercheurs ont partagé les participants en cinq groupes en fonction de leur score et comparé les 20 % qui avaient l'alimentation de meilleure qualité nutritionnelle aux 20 % qui avaient les pires notes.

Globalement, plus le score nutritionnel était mauvais, plus le risque de cancers était élevé. C'était en particulier vrai pour les cancers du côlon-rectum, des voies aérodigestives supérieures (ORL), de l'estomac, du poumon chez les hommes, du foie et du sein à la ménopause chez les femmes. Pour les auteurs, cela confirme la pertinence de l'étiquetage utilisant le Nutri-Score. Une telle étude pourrait aider à convaincre les autorités sanitaires de généraliser l'utilisation de ce logo en Europe.

  • Le logo Nutri-Score a été adopté en France en 2017 par le ministère de la Santé.
  • Il dérive d’un système britannique de notation de la qualité nutritionnelle des aliments.
  • Les personnes qui mangent le plus d’aliments mal notés par ce système risquent plus de cancers.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : le cannabis, une substance anticancérigène ?  En France, la question du cannabis reste sensible puisque, selon les estimations, plus de 4 millions de personnes âgées de 12 à 75 ans en auraient déjà consommé. Ce stupéfiant fait l’objet de nombreuses études aux conclusions contradictoires. Futura est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur cette substance.