Plus de la moitié des fumeurs et anciens fumeurs considérés sains après avoir passé avec succès un test de capacité respiratoire souffriraient en réalité de maladies pulmonaires chroniques. C'est ce que révèlent d'autres examens plus approfondis réalisés à l'aide d'un scanner.
Cela vous intéressera aussi

« Les effets du tabagisme chronique sur les poumonspoumons et la santé en général sont nettement sous-estimés », explique le docteur James Crapo, professeur de médecine au National Jewish Health (NJH) de Denver (Colorado). « Les maladies des poumons sont fréquentes chez les fumeurs dont les tests de capacités pulmonaires sont dans la norme », commente-t-il à propos d'une étude parue dans la revue américaine JAMA Internal Medicine.

En prenant en considération d'autres critères cliniques liés à certaines fonctions physiquesphysiques, des symptômessymptômes respiratoires et des examens comme ceux réalisés à l'aide d'un scannerscanner, les auteurs ont déterminé que 55 % des participants de l'étude déclarés sains souffraient de certaines formes de maladies pulmonaires chroniques. L'étude a porté sur 8.872 sujets âgés de 45 à 80 ans qui ont fumé au moins un paquetpaquet de cigarettes par jour durant dix ans. La plupart d'entre eux avaient fumé pendant 35 voire 50 ans.

Certaines estimations considèrent qu'un fumeur sur trois voudrait <a href="//www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/dossiers/d/medecine-arreter-fumer-affranchir-tabac-1164/" title="Dossier - Arrêter de fumer : comment s’affranchir du tabac">arrêter de fumer</a>, mais les deux tiers qui tentent le sevrage n'y parviennent pas. © Tomasz Sienicki, Wikipédia, CC by-sa 3.0

Certaines estimations considèrent qu'un fumeur sur trois voudrait arrêter de fumer, mais les deux tiers qui tentent le sevrage n'y parviennent pas. © Tomasz Sienicki, Wikipédia, CC by-sa 3.0

Le mythe du fumeur en bonne santé

Parmi les participants dont les poumons ont été déclarés sains avec le test de capacité respiratoire, le scanner a déterminé que 42 % avaient de l'emphysèmeemphysème ou un épaississement de leurs voies respiratoires. Quelque 23 % souffraient d'un essoufflement marqué à l'effort comparativement à 3,7 % chez des personnes n'ayant jamais fumé. Plus généralement, les fumeurs et anciens fumeurs avaient une qualité de vie nettement moins bonne que ceux n'ayant jamais fumé.

Un grand nombre de ces personnes en sont probablement aux premiers stades d'une maladie pulmonaire obstructive chroniquemaladie pulmonaire obstructive chronique comme l'emphysème et la bronchitebronchite chronique, qui sont la troisième cause de mortalité aux États-Unis, estiment ces chercheurs. Ces pathologiespathologies incurables apparaissent rarement chez des personnes de moins de 55 ans.

De récentes recherches ont montré que soumettre à un scanner des personnes qui ont fumé un paquet de cigarettes pendant au moins 30 ans peut clairement permettre une détection plus précoce d'un cancer du poumon et réduire la mortalité de 20 %. Un dépistagedépistage plus précoce des maladies pulmonaires chroniques peut aussi permettre d'améliorer les symptômes et la qualité de vie, soulignent ces chercheurs.

« Nous espérons que cette étude va aider à discréditer le mythe du fumeur en bonne santé et convaincre de l'importance de la préventionprévention du tabagisme », a confié Elisabeth Regan, professeur-adjointe de médecine au NJH.