Trois scientifiques ont épluché les études publiées sur l’effet des ondes radiofréquences sur la qualité du sperme. Ils en concluent que les ondes émises par les portables, le wifi, les fours à micro-ondes, ont un effet néfaste sur le nombre de spermatozoïdes et leur motilité.

En France, environ un couple sur dix consulte un jour pour un problème d'infertilitéinfertilité. Chez l'homme, un nombre insuffisant de spermatozoïdesspermatozoïdes dans le sperme, des anomaliesanomalies des spermatozoïdes, peuvent favoriser l'infertilité. Or, différents facteurs affectent la qualité du spermesperme, comme le tabagisme, la consommation d'alcoolalcool... Des facteurs environnementaux, comme les pesticidespesticides, la pollution, ont aussi été évoqués. Mais les ondes électromagnétiquesondes électromagnétiques liées à nos usages des nouvelles technologies influencent-elles la spermatogenèse ?

Un article paru dans la revue Reproductive Biology and Endocrinology fait le point sur cette question. Il a été rédigé par trois scientifiques internationaux : Kavindra Kumar Kesari, chercheur à l'université Aalto (Finlande), Ashok Agarwal, directeur du Centre américain de médecine de la reproduction à la clinique de Cleveland, et Ralf Henkel, professeur à l'université du Cap-Occidental (Afrique du Sud).

Le saviez-vous ?

Les radiations non-ionisantes comprennent :

  • les champs magnétiques d’extrêmement basse fréquence, générés par le transport de l’électricité dans les lignes électriques,
  • les radiofréquences, produites par les appareils sans fil, les fours à micro-ondes…

Les rayonnements ionisants comme les rayons X sont plus dangereux. Vous pouvez être exposés à des rayons X lorsque vous passez un examen de radiologie par exemple.

Les auteurs se sont intéressés aux champs électromagnétiqueschamps électromagnétiques des radiofréquences (RF), qui, dans la vie de tous les jours, sont générés par des appareils comme : le smartphonesmartphone, le wifi, le téléphone portable, la radioradio, le four à micro-ondes. Les pollutions générées par cet environnement électromagnétique sont souvent regroupées sous le terme d'électrosmog. En 2011, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) a classé les radiofréquences « comme peut-être cancérogènescancérogènes pour l'homme » (groupe 2B), en raison d'un risque accru de gliomegliome lié à l'utilisation du téléphone sans fil.

Voir aussi

Les ondes électromagnétiques : RAS ou SOS selon l'Anses ?

Les radiofréquences réduisent la qualité du sperme

Les auteurs se sont appuyés sur une quinzaine d'études portant sur l'homme, le rat ou la souris. Et d'après eux, « l'utilisation fréquente de téléphones portables ou d'appareils électromagnétiques contribue considérablement à la mauvaise qualité du sperme. » Les radiofréquences ont un effet néfaste sur le nombre de spermatozoïdes, leur morphologiemorphologie et leur motilitémotilité.

Un spermogramme donne des informations sur la concentration des spermatozoïdes, leur motilité et leur morphologie. © vchalup, Fotolia
Un spermogramme donne des informations sur la concentration des spermatozoïdes, leur motilité et leur morphologie. © vchalup, Fotolia

Les auteurs citent par exemple une étude de 2008 sur 361 hommes, séparés en quatre groupes en fonction de leur usage du téléphone portable ; elle a conclu que l'utilisation du téléphone portable diminuait la qualité du sperme en réduisant le nombre, la motilité, la viabilité et la morphologie normale des spermatozoïdes. De plus, « la diminution des paramètres du sperme dépendait de la duréedurée d'exposition quotidienne aux téléphones portables. » Une autre étude sur des rats exposés sept heures par jour pendant une semaine à un ordinateurordinateur portable connecté en wifi a montré également une baisse du nombre de spermatozoïdes et de leur motilité.

La diminution des paramètres du sperme dépendait de la durée d'exposition quotidienne aux téléphones portables

Cependant le mécanisme par lequel les radiofréquences affectent les organes reproducteurs masculins n'est pas clairement identifié. Les auteurs suggèrent que le stress oxydatifstress oxydatif généré par l'exposition aux radiofréquences participe au phénomène. Il pourrait aussi y avoir un effet sur la production de testostéronetestostérone. Par exemple, une étude de 2010 sur des rats a trouvé qu'une exposition d'une heure par jour au téléphone portable pendant trois mois réduit le taux de testostérone dans le sang. Or, cette hormonehormone est indispensable à la formation des spermatozoïdes. Enfin, chez des rats, des dommages à l’ADN ont été aussi observés après exposition aux ondes électromagnétiques.

En conclusion, messieurs, par mesure de précaution, évitez de garder votre téléphone dans votre poche...


Le Wi-Fi des portables dégraderait l’ADN des spermatozoïdes

Article de Jean-Luc GoudetJean-Luc Goudet paru le 30 novembre 2011

Selon des chercheurs argentins, les émissionsémissions Wi-Fi d'un portable installé sur les genoux réduiraient la mobilité des spermatozoïdes et dégraderaient leur ADNADN. L'expérience a porté sur du sperme installé ou non à proximité d'un ordinateur en train d'émettre ces ondes.

Jusqu'à présent, les études retenues par l'OMSOMS n'indiquent pas que les émissions Wi-Fi des appareils domestiques puissent représenter un danger pour la santé. Ces ondes, avec leur fréquencefréquence de 2,4 GHz, voisinent celles des fours à micro-ondes. Mais leur puissance de quelques dizaines de milliwatts est dix mille fois plus faible et vingt fois plus petite que celle d'un téléphone mobile.

Dans les laboratoires de Nascentis Medicina Reproductiva, à Cordoba (Argentine), Conrado Avendaño et son équipe ont mesuré un effet possible dans un domaine bien précis : la santé des spermatozoïdes humains exposés à une émission Wi-FiWi-Fi toute proche. Et leurs conclusions sont que la mobilité de ces cellules sexuelles se réduit tandis que les défauts dans leur ADN se multiplient. Le travail vient d'être publié dans la revue Fertility and Sterility.

Une position confortable mais déconseillée aux hommes. © Pnoeric / Flickr CC by-nc-sa 2.0
Une position confortable mais déconseillée aux hommes. © Pnoeric / Flickr CC by-nc-sa 2.0

Messieurs, jamais de portable sur les genoux

Pour l'expérience, le sperme de 29 donneurs a été séparé en deux séries de lots, les uns installés durant quatre heures sous un ordinateur portable téléchargeant des données via une liaison Wi-Fi et l'autre loin de toute émission et exposés aux mêmes conditions de température. Les chercheurs constatent une réduction significative de la mobilité de ces cellules flagellées, un bon indicateur de leur santé et de leurs performances pour la reproduction. Après quatre heures, 86 % des spermatozoïdes étaient encore en pleine forme dans les lots non exposés contre seulement 75 % pour les autres. À l'examen biochimique, ils comptabilisent trois fois plus de défauts dans l'ADN dans les cellules exposées. En revanche, ils ne notent aucune mortalité supplémentaire.

Les conclusions de l'étude ne précisent pas les causes exactes de cet effet ni s'il existe effectivement in vivoin vivo, donc chez un homme travaillant avec un portable. La dose de rayonnement reçue diminue en effet comme augmente le carré de la distance à la source de l'émission et les milliwatts du Wi-Fi s'épuisent vite quand on s'éloigne de l'émetteur. Il manque donc une expérience plus précise prenant en compte la distance.

D'après Conrado Avendaño, c'est la première étude mettant en évidence un tel effet. Mais ce n'est pas la première fois que l'on déconseille aux hommes de travailler avec un portable installé à proximité des parties génitales car la chaleurchaleur dégagée par un tel ordinateur a elle aussi un effet délétère sur les fragiles cellules sexuelles mâles...