Fumer de l'herbe diminuerait la fertilité des hommes

Classé sous :Cannabis , Sperme , fertilité masculine

« C'est l'une des premières études montrant une baisse de la qualité du sperme chez les anciens et actuels fumeurs de marijuana par rapport aux non-fumeurs », rapporte Omer Raheem, chercheur en urologie et coauteur de l'étude, publiée dans Therapeutic Advances in Urology Avec ses collègues, ils ont analysé le sperme de 409 hommes s'étant présentés pour une évaluation de l'infertilité dans l'État de Washington (États-Unis). Ce qui représente un biais non négligeable.

Parmi cet échantillon, 174 hommes ont déclaré avoir déjà consommé de la weed, dont 71 en fumant toujours. Les hommes n'ayant jamais fumé portaient à 33 % des spermatozoïdes avec une morphologie anormale, tandis que chez les anciens et actuels fumeurs ce taux grimpait à plus de 50 %. Ils avaient également un plus faible volume de sperme. Mais, surprise ! La motilité -- équivalent biologique de la mobilité -- des spermatozoïdes était supérieure chez les consommateurs de cannabis.

On ne sait pas si les changements de sperme qui ont lieu en raison de la consommation de marijuana sont réversibles et s'il y a un laps de temps spécifique requis pour obtenir la récupération des spermatozoïdes après l'arrêt de la consommation de marijuana

« Il n'est pas évident d'évaluer si ces changements, dus à la consommation de marijuana, sont réversibles et s'il faut une durée spécifique pour récupérer les spermatozoïdes après l'arrêt de la consommation », précise Omer Raheem. Les auteurs suggèrent que des études prospectives sur un plus grand nombre de personnes sont nécessaires pour clarifier ces conclusions, à la fois sur la qualité du sperme et sur la fertilité dans cette population de fumeurs.

Selon l'ONU, la consommation de cannabis a augmenté durant la pandémie de Covid-19. © Aleksej, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] On sait enfin comment nage un spermatozoïde !  Les premières observations au microscope des spermatozoïdes décrivaient la nage des cellules sexuelles mâles comme celle des anguilles. Cela a fait consensus pendant des centaines d'années jusqu'à ce qu'une équipe de chercheurs décide d'observer la nage des spermatozoïdes en 3D.