Dans le monde, l'asthme touche trois millions de personnes et en tue 250.000. © Andrey Popov, Fotolia

Santé

Un médicament contre l'eczéma se révèle efficace contre l'asthme

ActualitéClassé sous :biologie , asthme , Dupilumab

D'après deux nouvelles publications médicales, le dupilumab réduit les symptômes d'asthme et améliore la fonction pulmonaire de patients asthmatiques. Ce médicament autorisé dans le traitement de l'eczéma est commercialisé sous le nom de Dupixent par la firme Sanofi.

Le dupilumab est un anti-inflammatoire administré en injection, connu sous le nom de Dupixent. Autorisé pour le traitement de l'eczéma, cet anticorps monoclonal a été conçu pour inhiber la signalisation opérée par deux cytokines qui contribuent à l'inflammation : les interleukines IL-4 et IL-13. Mais voici que deux études parues simultanément dans New England Journal of Medicine suggèrent que ce médicament pourrait venir en aide à des patients souffrant d'asthme modéré à sévère.

La première étude a porté sur 1.902 patients de plus de douze ans qui prenaient au moins trois traitements avec des inhalateurs : un corticostéroïde pour réduire l'inflammation, un bronchodilatateur agissant à long terme et de l'albutérol, un bronchodilatateur qui agit rapidement en cas de crise sévère. Pendant un an, les patients ont reçu du dupilumab ou un placebo en injection toutes les deux semaines. L'essai clinique était en double aveugle : ni les patients ni les médecins ne savaient ce qui était injecté.

D'après le communiqué de l'université Washington, les symptômes d'asthme ont été réduits chez les patients sous dupilumab. Ceux-ci ont aussi amélioré leur fonction respiratoire dans un test au cours duquel ils devaient expulser un maximum d'air de leurs poumons. Le dupilumab diminuait le nombre de visites aux urgences et les hospitalisations. Dans le groupe placebo comptant 638 personnes, 6,5 % des patients sont allés aux urgences ou ont été hospitalisés contre 3,5 % dans le groupe traité au dupilumab.

Chez les asthmatiques, il faut améliorer la dilatation des voies respiratoires pour aider l’air à mieux circuler. © freshidea, Fotolia

Une demande d’autorisation pour utiliser Dupixent contre l'asthme

La seconde étude comptait 210 patients qui prenaient les mêmes traitements que dans la première étude, mais avec en plus un stéroïde oral pour contrôler leurs symptômes sévères, la prednisone. Or, ce traitement peut avoir des effets secondaires à long terme s'il est pris sur de longues périodes : ostéoporose, diabète, hypertension, cataracte...

Sur une période de l'ordre de six mois, le dupilumab aidait des patients à arrêter les stéroïdes oraux. Les patients sous placebo réduisaient aussi leur utilisation de prednisone (-42 %), mais pas autant qu'avec le dupilumab (-70 %). La moitié des patients prenant du dupilumab ont pu arrêter la prednisone, contre un quart du groupe placebo ; 80 % des patients sous dupilumab ont réduit de moitié - au moins - leur utilisation de ce médicament, contre 50 % dans le groupe placebo.

Il y a eu des effets secondaires avec le dupilumab, comme des douleurs et des gonflements au niveau du site d'injection. Une augmentation transitoire du nombre de leucocytes éosinophiles a été observée dans le groupe prenant du dupilumab. Cinq patients du groupe dupilumab et trois du groupe placebo sont décédés. D'après les chercheurs, tous souffraient de pathologies graves et aucun décès ne semblait lié au protocole de l'essai clinique.

Ces travaux ont été menés par plusieurs institutions internationales et soutenus financièrement par Sanofi et Regeneron qui produisent le dupilumab. Dans un communiqué du 3 avril 2018, Sanofi annonçait que l'Agence européenne du médicament allait examiner sa demande pour autoriser le Dupixent dans le traitement de l’asthme.

  • Dupixent est un anticorps monoclonal anti-inflammatoire administré en injection et autorisé en traitement de l’eczéma.
  • Deux études soutenues par Sanofi et Regeneron ont examiné son intérêt contre l’asthme modéré à sévère.
  • Les résultats portant sur 2.000 patients suggèrent que ce médicament soulage les symptômes d’asthme et améliore la fonction pulmonaire.
Pour en savoir plus

Dupilumab, un nouveau médicament contre l’asthme

Article d'Agnès Roux paru le 28 mai 2013

Un nouveau traitement expérimental contre l'asthme montre des résultats prometteurs. Ce médicament, appelé Dupilumab, limiterait la réaction inflammatoire au niveau des bronches, réduirait l'apparition des crises de 87 % et entraînerait peu d'effets secondaires.

L'asthme est une maladie chronique qui touche plus de 3 millions de personnes en France et en tue plus de 2.000 par an en moyenne, selon le ministère de la Santé. Lors d'une crise, l'air circule péniblement jusqu'aux poumons et la respiration devient difficile.

L'intensité des crises varie et leur apparition peut être plus ou moins fréquente. Elles peuvent survenir dans de nombreuses situations différentes,  au contact d'un allergène, en inhalant des substances polluantes, en ingérant un aliment particulier ou lors d'un événement stressant.

Les situations qui déclenchent de l'asthme sont très diverses : exercice physique, pollen, produits chimiques, moisissures, poussière, pollution, animaux, etc. L’énervement et la fatigue peuvent aussi le provoquer. © 7mike5000, Wikimedia Commons, cc by sa 3.0

L'asthme est une maladie inflammatoire. Le système immunitaire répond de manière excessive à divers stimuli, ce qui entraîne le rétrécissement des voies respiratoires et entrave la circulation de l'air. En cas de crise, la principale solution consiste à utiliser un bronchodilatateur, qui permet la réouverture rapide des bronches et aide le patient à mieux respirer. Pour limiter les réactions immunitaires au niveau des bronches, des médicaments anti-inflammatoires peuvent être prescrits. Cependant, les spécialistes estiment que 10 à 20 % des asthmatiques ne sont pas correctement soignés par les méthodes actuelles de traitement.

Des chercheurs de l'université de Pittsburg apportent une lueur d'espoir pour ces malades. Leur publication dans la revue The New England Journal of Medicineprésente les résultats d'une étude clinique, portant sur un nouveau traitement contre l'asthme, appelé Dupilumab. Ce médicament soignerait efficacement la maladie et induirait peu d'effets secondaires.

Dupilumab : une réduction de 87 % des crises d'asthme

Chez les personnes asthmatiques, la réponse immunitaire de type Th2, c'est-à-dire celle qui s'oriente vers la production d'anticorps, est exacerbée. Le médicament Dupilumab est un anticorps monoclonal qui contrecarre l'action de cette réponse en bloquant deux molécules signal, les cytokines IL-4 et IL-13. Les auteurs ont testé ce médicament sur 104 patients âgés de 18 à 65 ans, et souffrant de crises d’asthme récurrentes d'intensité modérée ou sévère. Ces individus suivaient un traitement classique d'anti-inflammatoires pour contrôler leur maladie.

Pendant 12 semaines, la moitié des malades a reçu une injection hebdomadaire de Dupilumab, et l'autre moitié a reçu un placebo. Les résultats montrent une diminution de 87 % du nombre de crises chez les personnes sous traitement. Les scientifiques ont également observé une amélioration de leur fonction respiratoire et une diminution de certains biomarqueurs caractéristiques de l'inflammation comme l'immuglobuline E. Par contre le nombre d'éosinophiles, qui sont des cellules immunitaires impliqués dans la phagocytose, est resté le même chez les deux groupes. Quelques effets secondaires peu sévères, tels que des nausées et des migraines, ont cependant accompagné la prise de Dupilumab.

Les résultats de cette étude sont encourageants. Un autre essai clinique sera lancé en juin prochain. Il aura pour objectif d'évaluer l'efficacité de doses variables de Dupilumab.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 4/5 : la pollution, quels risques pour la santé ?  Avec l’augmentation des taux de pollution se pose la question de son impact sur la santé humaine. Chaque polluant a des effets différents, certains immédiats et visibles, d’autres retardés et plus insidieux. Afin de clarifier la question, nous avons interviewé Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris.