Les orages de neige sont possibles en France, mais plus courants aux États-Unis, comme ici. © Stoatphoto, Adobe Stock
Planète

Comment se forment les orages de neige ?

Question/RéponseClassé sous :météorologie , climatologie , orage

Phénomène très courant l'été, les orages peuvent également se produire en plein hiver. Les orages de neige sont rares, mais toujours impressionnants, et se forment dans des situations météo bien précises. Certaines zones géographiques sont plus propices à leur observation que d'autres.  

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment se forment les orages ?  La France compte en moyenne 250 jours d'orages par an. Comment et pourquoi naissent ces puissants phénomènes, accompagnés de foudre et de tonnerre ? 

Un orage de neige désigne le fait qu'un cumulonimbus, nuage d'orage, déverse des précipitations neigeuses en plaine, accompagnées d'éclairs. La formation des orages de neige est assez similaire à celle des orages classiques du printemps et de l'été.

Deux ingrédients météo nécessaires

La formation de l'orage de neige nécessite deux ingrédients météo : une masse d'air douce et humide dans les basses couches de l'atmosphère et une arrivée d'air très froid en altitude. La présence de ces deux éléments génère un conflit de masses d'air, donc de l'instabilité. La masse d'air doit être très froide, d'origine polaire ou arctique, avec un flux en provenance du nord-ouest ou du nord-est sur la France. Mais en plus de cette « goutte froide »,  l'humidité doit également être très présente au niveau du sol : cette configuration météo est essentiellement présente près des littoraux.

L'orage de neige a plusieurs particularités qui le différencient de l'orage du printemps et de l'été : tout d'abord, le nuage d'orage n'est pas très élevé : 4 à 7 kilomètres d'altitude, contrairement aux orages d'été qui culminent entre 10 et 15 kilomètres en moyenne. C'est justement parce que ces sommets nuageux ne sont pas très hauts en hiver, que les orages se forment rarement à cette époque de l'année, contrairement à l'été où la chaleur permet au nuage de monter très haut et de générer ensuite un violent orage. L'orage de neige est également très éphémère et bien moins violent qu'en été avec seulement un à deux coups de tonnerre, rarement plus. Il est difficile de le repérer car le bruit du tonnerre est moins perceptible, on l'entend moins car le son est étouffé par les chutes de neige. Si le tonnerre des orages d'été peut être entendu jusqu'à 20 kilomètres de distance, le tonnerre des orages de neige n'est audible, dans le meilleur des cas, qu'à 3 ou 4 kilomètres de distance.

Les observateurs qui ont la chance de voir les éclairs à travers la neige décrivent des flashs violets ou bleu foncé, une couleur plus sombre que celle de l'été en raison du « mélange » avec la couleur blanche de la neige.

Où peut-on observer des orages de neige ?

Il faut savoir que leur prévision est difficile, voire quasiment impossible à l'heure actuelle, même pour les meilleurs météorologues. Selon la Royal Meteorological Society britannique, 0,07 % des chutes de neige sont liées à un orage de neige, aux États-Unis, pays où ils sont pourtant le plus souvent observés ! C'est dans la région des Grands Lacs, côté États-Unis ou Canada, que la plupart des orages de neige se produisent, car toutes les conditions sont réunies : du grand froid en provenance de l'Arctique et de l'humidité liée aux gigantesques lacs. Les orages de neige éclatent là-bas lorsque le phénomène d'« effet de lac » se produit : de l'air glacial se charge d'humidité en survolant les immenses étendues d'eau des Grands Lacs. Des nuages d'orage se forment par condensation et déversent des quantités de neige phénoménales sur les terres à proximité, comme cela arrive tous les ans ou presque dans l'état de New York.

Dans le reste du monde, des orages de neige sont parfois observés sur les îles Britanniques (l'Écosse en particulier), sur les côtes de la mer du Japon, en Israël, en Jordanie, au Brésil et sur l'Himalaya.

En France, les orages de neige sont peu fréquents, mais pas impossibles. On peut parfois en voir au nord et au nord-ouest de la France : en Normandie, ou dans le Nord-Pas-de-Calais (et très rarement dans le Nord-Est et le Sud-Est).  Le Nord-Ouest est effectivement parfois concerné par des coulées d'air polaire, et la présence de la mer de la Manche à proximité apporte de l'humidité.

Les orages de neige sont deux fois plus dangereux

Même s'ils sont bien moins violents que ceux de l'été en ce qui concerne la foudre, les orages de neige restent dangereux. Aux États-Unis, les habitants du Nord-Est, plus habitués à ce risque, ont coutume de dire que les orages de neige sont « deux fois plus dangereux », car ils combinent les dangers d'un orage, en plus des dangers d'une tempête de neige. Les chutes de neige sont souvent très fortes sous l'orage (10 centimètres par heure sous les orages de neige américains), de manière soudaine, et peuvent surprendre sur la route. Sous ces fortes intensités de neige, la visibilité est réduite à néant en quelques instants, risquant de provoquer des carambolages. Comme dans les orages d'été, le vent peut également être très puissant sous l'orage, et provoquer des chutes d'arbres (aux branches alourdies par la neige) et de câbles électriques. Le bruit du tonnerre étouffé par la neige est également un facteur aggravant : une personne qui marche sous la neige ne réalise pas qu'elle se trouve sous un orage et risque donc de se faire foudroyer.  

Orage de neige à Boston. © The Weather Channel, YouTube

La surprise d'être confronté à ce phénomène très rare ne doit donc pas faire oublier les consignes de sécurité classiques en cas d'orage, et en cas de tempête de neige.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !