Planète

Les moyens d'intervention de l'Ifremer : le Nautile et le Victor

Dossier - La vie dans les abysses
DossierClassé sous :zoologie , océanographie , abysses

-

Le milieu abyssal, où règnent le froid et l'obscurité, couvre 307 millions de kilomètres carrés, soit les deux tiers de la surface du globe. Longtemps considéré comme un désert (pas de lumière, pas de photosynthèse), il recèle en réalité une vie foisonnante...

  
DossiersLa vie dans les abysses
 

Pour observer, prélever, mesurer et expérimenter au plus profond des océans, les scientifiques français disposent du sous-marin habité Nautile, et du robot téléopéré Victor 6000.

Le Nautile, sous-marin de l'Ifremer. © DR

Le Nautile

Lancé en 1984, le Nautile peut intervenir jusqu'à 6000 mètres de profondeur, et explorer ainsi plus de 97 % de la superficie des fonds marins. Trois personnes (un scientifique accompagné de deux pilotes) peuvent prendre place à bord. À une vitesse d'environ 1,5 nœud sur le fond, le submersible a une autonomie de travail d'environ 5 heures. Il est doté de bras télémanipulateurs, d'un panier de récolte et de nombreux équipements d'éclairage et d'imagerie. Associé au Nautile, le Robin est un petit robot télécommandé qui permet de reconnaître, d'inspecter et de prendre des vues vidéo et photo dans des zones inaccessibles pour le sous-marin. 

Le Nautile. © Ifremer

Le Nautile a déjà effectué plus de 1.500 plongées dans tous les océans du monde. Il est notamment intervenu sur l'épave du Prestige, au large de l'Espagne.

Le Victor

Victor 6000 est un engin téléopéré de grande profondeur, relié au navire de surface par un ombilical de 8.500 mètres. Son domaine d'intervention est vaste, allant de la bathymétrie fine jusqu'aux prélèvements d'échantillons, en passant par de l'assistance technique. L'équipage technique et scientifique effectue les différentes tâches de pilotage et d'acquisition des données à partir du bateau.

Capable d'effectuer de l'imagerie optique de haute qualité, d'emporter et d'opérer divers équipements et outillages scientifiques, le Victor 6000 possède une partie inférieure constituée d'un module scientifique instrumenté et interchangeable selon la nature de la mission. Le robot étant directement alimenté en énergie à partir de la surface, les durées de travail sur le fond peuvent atteindre 72 heures lors d'une plongée.

Le Victor 6000, ROV téléopéré de l'Ifremer. © Ifremer