Dans son livre, Le miasme et la jonquille, Corbin nous montre comment aux XVIII et XIXe siècles, pour lutter contre les mauvaises odeurs des villes et la pollution grandissante, le corps médical préconisait l'utilisation d'aromates auxquels il attribuait les pouvoirs de désinfection de l'airair vicié et de stimulationstimulation de la défense de l'organisme. On se bardera d'aromates pour éviter les épidémiesépidémies. Actuellement, l'obsession d'être en danger dans un monde très pollué renaît d'ailleurs avec en parallèle le retour de thérapiesthérapies douces comme l'aromathérapiearomathérapie, méthode de traitement à base d'huiles essentielleshuiles essentielles de plantes aromatiquesaromatiques et médicinales.

Les extraits des épices, comme ceux des clous de girofle, ont des propriétés antiseptiques. © DR

Les extraits des épices, comme ceux des clous de girofle, ont des propriétés antiseptiques. © DR

Les propriétés antiseptiques des composés d'épices

En fait, plus que les épices et les herbes aromatiques, ce sont les extraits qui possèdent des propriétés antiseptiquesantiseptiques vis-à-vis des micro-organismesmicro-organismes pathogènes. Parmi les extraits les plus étudiés, citons les origans, les armoisesarmoises (Tantaoui-Eleraki et al., 1993), les thyms et la cannellecannelle (Ferhout et al., 1999), le clou de giroflegirofle, le piment de la Jamaïque, l'oignonoignon, l'ail (Conner et Beuchat, 1984).

Plusieurs composés sont souvent cités comme responsables des propriétés antiseptiques des huiles essentielles : le thymol, le carvacrol, le cinnamaldéhyde, l'eugénol, le 1,8-cinéol, le camphre et les thujones.