Planète

Diable de Tasmanie

DéfinitionClassé sous :zoologie , animaux , Diable
 
Le diable de Tasmanie est également connu sous le nom de Taz, par le dessin animé de la Warner Bros © Wayne McLean, Wikipédia, cc by sa 2.5

Diable de Tasmanie (Boitard 1841) – Sarcophilus harrisii

  • Classe : Mammalia (mammifères)
  • Infraclasse : Marsupialia (marsupiaux)
  • Ordre : Dasyuromorphia
  • Famille : Dasyuridae
  • Genre : Sarcophilus
  • Taille : 0,50 à 0,65 m (longueur de la queue 0,10 à 0,25 m)
  • Poids : 5 à 8 kg
  • Longévité : 5 à 6 ans

Statut de conservation UICN : EN, En danger

Description du diable de Tasmanie

De la taille d'un chien, le diable de Tasmanie possède un corps trapu et puissant, doté d'une tête massive. La fourrure est généralement noire ou brun très foncé, marquée de taches blanches irrégulières sur la gorge et sur la croupe. Les babines de sa gueule puissante sont ornées de vibrisses que l'on trouve également au sommet du crâne. Proportionnellement à sa taille, le diable de Tasmanie possède la mâchoire la plus puissante qui soit. Le museau est rosé. Les pattes sont courtes, mais à l'inverse des autres marsupiaux, les membres antérieurs sont plus longs que les postérieurs.

Portrait d'un diable de Tasmanie. © JJ Harrison, Wikipédia, cc by sa 3.0

Habitat du diable de Tasmanie

Comme son nom vernaculaire l'indique, le diable de Tasmanie vit... sur l'île de Tasmanie. Il a disparu du continent australien près de quatre siècles avant l'arrivée des premiers colons européens. Il affectionne particulièrement les côtes boisées, les forêts sclérophylles sèches et les savanes. Il est également fréquent aux abords des zones urbaines, de cultures et d'élevage.

Comportement du diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie mène une vie solitaire et nocturne. Il est parfois possible de les observer en groupes lorsqu'ils convoitent une même charogne, mais à ces moments-là, bien que l'animal ne soit pas territorial, il peut devenir agressif envers ses congénères lorsqu'il se nourrit. Il se caractérise par l'odeur puissante qu'il dégage lorsqu'il est stressé et impressionne par les grognements qu'il peut émettre lorsqu'il se bat. Ces derniers peuvent être entendus à des kilomètres à la ronde et glacent le sang. Son territoire varie entre 8 et 20 hectares et en chevauche invariablement d'autres. Le diable de Tasmanie utilise tous ses sens pour communiquer et chasser. Il possède également une vaste gamme de vocalisations et d'attitudes corporelles qui lui permettent d'échanger avec ses congénères. Le marsupial a peu de prédateurs. Il a pu être victime du thylacine en Australie, et du dingo par le passé. Sur son aire de distribution actuelle, seuls les jeunes sont menacés par les rapaces. La puissance de la mâchoire des adultes est suffisante pour rebuter les plus entreprenants.

Diable de Tasmanie juvénile. © KeresH, Wikipédia, GNU 1.2

Reproduction du diable de Tasmanie

La période de reproduction commence en mars, mais les diablesses ne sont fécondables que six semaines par an. La gestation survient après l'accouplement et dure 31 jours. La femelle donne alors naissance à entre 20 et 30 petits qui pèsent de 18 à 24 grammes. La mortalité des jeunes est très importante, car la mère ne possède que six mamelles. Les premiers arrivés étant les premiers servis, les autres sont destinés à mourir. Sur le nombre, seuls trois ou quatre survivront. Les plus rapides, ou les plus débrouillards, restent alors accrochés à la tétine pendant une centaine de jours. Ils quittent alors la poche ventrale, mais restent encore confinés dans le terrier les trois mois suivants. Ils sont sevrés vers octobre ou novembre, et gagnent leur indépendance au mois de janvier suivant. La maturité sexuelle intervient dans leur deuxième année.

Régime alimentaire du diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie est un carnivore opportuniste et charognard qui se nourrit de toutes sortes de mammifères morts ou vivants, jusqu'à des petits wallabies ou des wombats, des oiseaux, des reptiles et des amphibiens, mais aussi des poissons, des insectes et des animaux domestiques comme le mouton. Il est capable d'engloutir jusqu'à 15 % de son propre poids de nourriture en quelques minutes et rend d'inestimables services aux éleveurs en éliminant les cadavres des animaux morts. Il est capable d'ingérer toutes les parties du cadavre, depuis la chair en passant par les os et la fourrure.

Diable de Tasmanie atteint d’une tumeur cancéreuse. © Menna Jones, Wikipédia, cc by 2.5

Menaces sur le diable de Tasmanie

Le diable de Tasmanie a failli disparaître de l'île de Tasmanie en même temps que le thylacine. Mais un sursaut des autorités le fit mettre sous protection en 1941, ce qui permit à ses populations de se rétablir lentement. Actuellement, les plus grandes menaces pesant sur le diable sont la déforestation et la fragmentation des populations, ainsi que les collisions avec les véhicules. Depuis 1996, une autre menace pèse sur le marsupial, qui a développé une maladie propre à l'espèce : la DFTD (devil facial tumour disease). Cette affection consiste en une tumeur de la face, dégénérant en cancer. Son origine serait due aux morsures subies lors de combats. La maladie, qui se propage rapidement sur l'île tasmane, aurait déjà tué près de 60 % de la population des diables. L'évolution de la souche cancéreuse inquiète les scientifiques qui œuvrent à la fabrication d'un vaccin, car ils craignent qu'elle ne mute et se développe sur l'Homme.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi