L'hydrogène, une solution pour sauver le climat ? Des partenaires d'EDF vont en débattre lors d'un Twitter spaces. © Shawn Hempel, Adobe Stock
Planète

L’hydrogène, star de la transition énergétique ?

ActualitéClassé sous :Terre , transition énergétique , technologie

-

Pour mieux comprendre les enjeux et les solutions du très prometteur hydrogène pour atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050, EDF a convié des partenaires pour un Twitter Space passionnant. Rendez-vous mercredi 13 avril à 18h30 !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Hydrogène bleu, gris, jaune et vert : quelle différence ?  L’hydrogène est souvent assimilé à une couleur, qui dépend de la façon dont il est produit. 

« Oui, mes amis, je crois que l'eau sera un jour employée comme combustible, que l'hydrogène et l'oxygène, qui la constituent, utilisés isolément ou simultanément, fourniront une source de chaleur et de lumière inépuisables et d'une intensité que la houille ne saurait avoir. » Ces paroles du visionnaire Jules Verne issues du roman L'Île mystérieuse datent de 1874. Plus d'un siècle plus tard, l'hydrogène est devenu un enjeu stratégique pour réussir la nécessaire transition énergétique vers la neutralité carbone à l'horizon 2050, comme l'ont promis en 2015 tous les pays signataires de l’accord de Paris sur le climat.

Des défis à tous les stades

Pour autant, la mission n'est pas aisée. Aujourd'hui, 95 % de l'hydrogène produit dans le monde* est conçu à l'aide d'énergies fossiles. Il est pourtant possible d'en fabriquer sans émettre de dioxyde de carbone, grâce à l'électrolyse de l'eau et de l'électricité décarbonée. Si un bond technologique a pu être effectué ces dernières années, des questions, voire de véritables verrous techniques, subsistent à propos de sa production, mais aussi des trois phases principales qui conditionnent son utilisation : la compression, le stockage et la distribution.

Les pays signataires de l'accord de Paris sur le climat souhaitent atteindre la neutralité carbone en 2050. © Fox_Dsign, Adobe Stock

Des solutions pour l’industrie et la mobilité

Il s'agit là de pouvoir trouver des solutions innovantes et adaptées, et ainsi répondre aux besoins en hydrogène drastiquement accrus, notamment dans le secteur de la métallurgie, de l’industrie chimique et de la mobilité lourde, à savoir les trains, les bus, les camions, les bateaux, mais aussi le transport aérien et l'aérospatiale. À moyen terme, l'hydrogène pourra aussi constituer un élément de stabilisation des réseaux énergétiques et contribuer à la flexibilité du système électrique en apportant un mode de stockage notamment saisonnier.

Le rôle de la France

La France a un rôle majeur à jouer dans ces perspectives d'avenir. Elle peut tirer profit de ce marché émergent, notamment en matière d'emplois estimés à 100.000 à l'horizon 2030, à condition d'initiatives de structuration et de soutien de la filière. Bien entendu, la France et l'Allemagne ont promis d'investir 7 et 9 milliards d'euros dans le secteur d'ici 2030 et la Commission européenne a élaboré, dès juillet 2020, une feuille de route ambitieuse. La volonté politique est donc bien réelle, encore faut-il que les acteurs du secteur puissent parvenir à atteindre leurs objectifs ambitieux, notamment sur la réduction des coûts sur l'ensemble de la chaîne de valeur et la mise en place d'infrastructures, tant en matière de capacité de production, de transport et de distribution.

EDF, un acteur majeur de la filière

EDF fait partie de ceux-là. Si le groupe a fondé sa propre filiale dédiée, Hynamics, il y a deux ans déjà, son intérêt en la matière remonte en réalité à plusieurs décennies. Au début des années 1970, alors que le nucléaire occupe la part belle de la recherche, EDF mobilise déjà toute l'expertise de sa R&D jusqu'à l'éclosion d'un véritable démonstrateur qui atteint la puissance de 20 mégawatts, ce qui reste encore aujourd'hui un record mondial. Depuis, le groupe multiplie les partenariats, notamment avec McPhy, Vicat, Transdev ou encore France Hydrogène, pour donner réalité à ses ambitions. Ce live « Twitter Spaces » les réunira pour un échange qui permettra de mieux comprendre les enjeux de l'hydrogène et les moyens d'y parvenir.

Avec la participation de :

  • Carmen Munoz-Dormoy, Directeur activités aval de la R&D EDF ;
  • Louise Vilain, Directrice EDF Pulse Ventures, incubation et grands projets industriels innovants ;
  • Myriam Maestroni, Présidente de la fondation « e5t » et administratrice de McPhy ;
  • Marie Godard Pithon, Directrice Performances et Investissements chez Vicat ;
  • Brigitte Guichard, Directrice régionale Bourgogne-Franche-Comté chez Transdev ;

Rendez-vous mercredi 13 avril à 18h30 !

* Source ADEME 2021

Article réalise en partenariat avec EDF

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !