La géoingénierie solaire propose de gérer le rayonnement que la Terre reçoit du Soleil dans le but de limiter le réchauffement anthropique dû aux émissions de gaz à effet de serre. © trahko, Adobe Stock
Planète

L’injection de soufre dans l’atmosphère va-t-elle nous sauver du réchauffement climatique ?

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , géoingénierie climatique , ingénierie climatique

[EN VIDÉO] L'histoire du réchauffement climatique en 35 secondes  En intégrant graphiquement les mesures de températures dans presque tous les pays du Globe entre 1900 et 2016, cette animation montre de façon saisissante l’augmentation du nombre d'« anomalies de température », donc des écarts par rapport à une moyenne. On constate qu'en un peu plus d'un siècle, la proportion vire au rouge. 

Pour lutter contre le réchauffement climatique, tous les moyens sont bons, estiment certains. Y compris ce qu'ils appellent la géoingénierie solaire. Mais d'autres soulignent des effets indésirables qui pourraient avoir de lourdes conséquences. Slimane Bekki, chercheur au CNRS, nous aide à peser le pour et le contre de ce « plan B ».

« Injecter du soufre dans la stratosphère permet de rafraîchir la planète. Nous en sommes certains. Cela se produit naturellement lors d'éruptions volcaniques. Un an environ après l'éruption du Pinatubo (Philippines) en 1991 - qui a injecté 15-20 Mt de dioxyde de soufre dans la stratosphère -, par exemple, nous avons vu les températures moyennes mondiales baisser d'environ 0,5 °C », nous raconte Slimane Bekki, chercheur au CNRS, en introduction.

Comment ça marche ? Rappelons d'abord que la stratosphère est une région de l'atmosphère qui se situe au-dessus de 8 et 15 kilomètres d'altitude ; une région particulièrement stable sur le plan météorologique comparée à la troposphère qui se trouve en dessous, entre la surface de la Terre et la stratosphère. Ainsi dans la stratosphère, les circulations d'air sont lentes. « Le soufre, qui y est injecté, est oxydé et produit des aérosols qui y restent parfois pour des années, alors que, par comparaison, le soufre et les aérosols sont rapidement éliminés par les pluies dans la troposphère, nous fait ainsi remarquer Slimane Bekki. Les aérosols stratosphériques jouent ainsi un peu le rôle d'autant de miroirs miniatures qui diffusent le rayonnement solaire, en réfléchissant une partie vers l'espace. » De quoi refroidir efficacement la planète.

De prime abord, la technique de géoingénierie solaire - ou d'intervention climatique, comme préfère l'appeler Slimane Bekki - qui consiste à gérer le rayonnement solaire qui nous arrive en s'appuyant sur des aérosols stratosphériques apparaît donc comme la solution miracle au réchauffement climatique anthropique. Mais « il n'en est rien », nous prévient Slimane Bekki. « Ce que certains qualifient de plan B peut tout juste être considéré comme une manière de gagner du temps. » Car les chercheurs le savent : les effets collatéraux d'une injection de particules soufrées dans la stratosphère pourraient, in fine, s'avérer plus néfastes encore que le réchauffement lui-même.

La course contre le réchauffement climatique est lancée. La géoingénierie solaire nous permettra peut-être de gagner un peu de temps si les choses devaient finalement échapper à notre contrôle. © pathdoc, Adobe Stock

Les effets indésirables de la géoingénierie solaire

Parmi les effets secondaires connus, il y a d'abord la destruction de la couche d'ozone liée à l'augmentation des aérosols stratosphériques, phénomène déjà observé après les grandes éruptions volcaniques récentes. Et l'augmentation des rayonnements ultraviolets arrivant à la surface de la Terre qui l'accompagnerait. Ce n'est évidemment pas souhaitable. Mais il y a aussi, « et peut-être même surtout, les impacts que l'opération aurait sur le cycle de l’eau et sur les précipitations, souligne le chercheur du CNRS. Les simulations montrent des modifications sévères des cycles des moussons, par exemple. Des moussons qui s'affaiblissent et se déplacent. Avec potentiellement des conséquences sur la vie de deux à trois milliards d'individus. Alors même que la question de la ressource en eau est aussi sensible que celle de la hausse des températures. Aujourd'hui déjà, les modifications du cycle de l'eau induites par le réchauffement climatique anthropique accentuent les disparités entre régions sèches et régions humides. La géoingénierie solaire va compliquer la situation. »

Ainsi régulé par géoingénierie solaire, le climat connaîtrait donc immanquablement des changements résiduels assez forts à l'échelle régionale. De quoi soulever des questions éthiques et de gouvernance assez lourdes. « À qui la décision d'intervenir ainsi sur le climat reviendra-t-elle ? Il faudra sans doute arriver à un accord international. Mais il sera difficile à trouver. Certains pays peuvent en effet considérer que le réchauffement constitue une bonne nouvelle pour eux et bloquer le processus. D'autres, qu'une telle intervention climatique serait catastrophique pour leurs ressources en eau, notamment en lien avec les moussons. »

Tout cela, sans parler du fait que la problématique du réchauffement climatique ne se limite pas à celle de la hausse des températures. « Continuer à émettre du CO2, c'est aussi poursuivre l'acidification des océans et ses effets néfastes tels que la disparition des coraux. Aujourd'hui, nous ne savons pas jusqu'où cela peut aller. Mais il apparaît évident qu'il n'est pas soutenable de laisser les concentrations de gaz à effet de serre dans notre atmosphère augmenter. »

Ne pas perdre l’essentiel de vue

Intervenir sur le climat en injectant du soufre dans la stratosphère pourrait pourtant nous détourner dangereusement de cet objectif primordial. Et « avec l'augmentation des émissions de CO2, nous devrons injecter de plus en plus de soufre dans la stratosphère pour espérer contrecarrer la tendance au réchauffement. Or plus nous injecterons de particules, moins nous pourrons nous arrêter », prévient Slimane Bekki. Sous peine de subir ce que les chercheurs appellent un rattrapage climatique de plus en plus violent. « Un arrêt brutal des injections pourrait nous faire prendre 2 à 3 °C en une décennie seulement. »

Un risque d'autant plus difficile à envisager que de récents travaux de chercheurs américains suggèrent que l'efficacité même de la géoingénierie solaire aurait ses limites. Si nos émissions de gaz à effet de serre ne ralentissent pas, les concentrations dans l'atmosphère pourraient atteindre un niveau tel qu'elles rendraient les stratocumulus plus fins, finissant par les éliminer, même en présence de géoingénierie solaire. Or sans cette couverture nuageuse, l'injection de particules dans la stratosphère perdrait tout son intérêt.

Il n’y a pas plus de plan B pour le climat que de planète B

« Cela fait un siècle, maintenant, que nous avons engagé une expérience qui peut être qualifiée de géoingénierie. Dans laquelle les Hommes modifient le climat à grande échelle ? Mais cette expérience-là n'est absolument pas délibérée. Ce dont nous parlons ici, c'est d'intervenir de manière intentionnelle sur le climat à l'échelle globale. De l'autre côté de l'Atlantique, des sociétés privées travaillent déjà à développer les techniques de l'injection de soufre dans la stratosphère. Mais nous pouvons tourner le problème dans tous les sens. Nous ne pouvons pas éviter de réduire nos émissions de CO2. Et quand je dis réduire, je veux dire de manière agressive. Pas de la manière marginale dont nous le faisons actuellement. Parce qu'en réalité soyez-en sûr : il n'y a pas plus de plan B pour le climat que de planète B. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !