Cela vous intéressera aussi

Le terme géoingénierie se rapporte à un ensemble de techniques imaginées à l'échelle planétaire afin de contrer le changement climatique. Une idée qui a germé relativement aux difficultés rencontrées par les gouvernements à s'accorder sur les méthodes à mettre en œuvre pour diminuer les émissionsémissions de gaz à effet de serre.

En 2014, l'Agence nationale de la recherche a publié sa propre définition : « La géoingénierie de l'environnement correspond à l'ensemble des techniques et pratiques mises en œuvre ou projetées dans une visée corrective à grande échelle d'effets de la pressionpression anthropique sur l'environnement. Il importe de bien distinguer la géoingénierie qui met en jeu des mécanismes ayant un impact global sur le système planétaire terrestre des techniques et pratiques d'atténuation ou ayant simplement un impact local. »

Parmi les idées un peu folles de la géoingénierie : mettre en orbite autour de la Terre des écrans qui pourraient jouer un rôle de parasols… © Catrin Johnson, Unsplash

Parmi les idées un peu folles de la géoingénierie : mettre en orbite autour de la Terre des écrans qui pourraient jouer un rôle de parasols… © Catrin Johnson, Unsplash

Éliminer le CO2 ou contrôler le rayonnement

On peut classer les techniques de géoingénieries selon deux grandes catégories :

L'idée avancée par Paul Crutzen, prix Nobel de chimiechimie, relève de la seconde catégorie. Il envisageait, il y a quelques années, de disperser dans la stratosphèrestratosphère, de grandes quantités de particules destinées à masquer une partie du rayonnement solairerayonnement solaire que notre planète reçoit. Un moyen de contrebalancer l’effet de serre et ainsi, de limiter le réchauffement climatiqueréchauffement climatique.

D'autres projets ambitionnent de doper l'absorptionabsorption du CO2 atmosphérique par le planctonplancton. Ou de le séquestrer dans des formations géologiques après liquéfactionliquéfaction.

Il est à noter que certains voient dans les techniques de géoingénierie ni plus ni moins qu'un moyen de conforter notre société de consommation dans ses travers. Et d'autres mettent en garde contre les risques induits par ces techniques.