La vallée du Rift au Kenya est extrêmement chaude et sèche. La rivière Ewaso Ngiro, qui traverse le centre de la vallée, est une source d'eau essentielle pour les Hommes et la faune. Quelques autres petites sources d'eau permettent aux animaux de vivre loin de la rivière et elles abritent une quantité étonnante de vie. Alors nous avons construit un point d'eau ainsi qu'une « cachette aveugle », et l'effet « waouh » a été au rendez-vous  ! 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les balises Argos révèlent les secrets de la faune sauvage Chaque jour un million de messages sont transmis grâce aux balises Argos déployées sur la terre, la glace ou en mer. En plus de 30 ans d’existence, ce système a permis de collecter énormément d’informations sur la faune, les habitudes des espèces mais aussi sur l’évolution de notre Planète. Découvrez en vidéo grâce au Cnes et au CLS ce système étonnant.

Dans la chaleurchaleur implacable de la journée, Shompole Conservancy semble être un lieu inhospitalier. Une couche de poussière fine recouvre tout et il est impossible de se déplacer sans en envoyer des bouffées à la dérive dans la brise. C'est très sec et il pourrait sembler que peu d'animaux sauvages pourraient survivre ici. Je savais bien que la plupart des animaux sauvages de la région n'étaient actifs que la nuit. Je n'étais cependant pas du tout préparé à l'abondance et à la diversité de cette vie.

J'ai fait équipe avec le Shompole Wilderness Camp pour construire un nouveau point d'eau, loin des autres sources d'eau, et une cachette (également connue sous le nom d'« aveugle ») d'où les gens auraient une chance de voir certaines de ces créatures insaisissables par eux-mêmes. En attirant les touristes dans la région, la communauté Maasaï locale bénéficiera de frais de conservation supplémentaires. Le point d'eau offrira également aux animaux sauvages un nouvel endroit où s'abreuver toute l'année, loin des communautés et du bétail, ce qui, espérons-le, réduira les conflits entre l'Homme et la faune. Shompole Hide est une nouvelle cachette d'observation de la faune sauvage située dans la réserve de Shompole. Elle a été conçue par Johann du ToitToit et par moi-même, Will Burrard-Lucas. Chaque session dans la cachette génère une contribution à la communauté Maasai de Shompole.

L'aardwolf, une petite espèce insectivore de hyène dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
L'aardwolf, une petite espèce insectivore de hyène dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 

La réserve de Shompole est unique par la façon dont la faune et la communauté Maasai coexistent. Elle appartient à la population locale, qui bénéficie des revenus du tourisme tout en veillant à l'utilisation durable des terresterres et à la protection de l'environnement. Soralo, une association communautaire très efficace, soutient la communauté dans la gestion et la sécurité de ses terres. Un exemple de l'une des initiatives de Soralo est la surveillance méticuleuse des espèces sauvages potentiellement dangereuses et le partage d'informations de localisation actualisées avec les éleveurs de bétail locaux afin de réduire les cas de conflits entre l'Homme et la faune.

Le soir, les gens retournent dans leurs « bomas » pour protéger leur bétail derrière des barricades impénétrables d'épines d'acacia. Les lionslions sont bien sûr l'une des principales menaces et j'ai passé plusieurs nuits à les suivre avec l'équipe de surveillance de Soralo. Les lions de cette région sont vraiment sauvages et se comportent très différemment de ceux qui sont habitués aux touristes : ils sont discrets, passent leurs journées cachés dans les fourrés, ce qui les rend assez difficiles à photographier.

Un lion insaisissable dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
Un lion insaisissable dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 

En l'espace d'une semaine, j'ai photographié une incroyable diversité de créatures : chats, hyènes, chacals, renards, civettes, genettesgenettes, porcs-épics, blaireaux à miel et hiboux, pour n'en citer que quelques-unes. Toute la nuit, il semblait y avoir une file d'attente constante d'animaux attendant leur tour pour boire. C'était le piège à caméra le plus prolifique que j'ai jamais installé.

Porcs-épics photographiés avec un piège photographique dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
Porcs-épics photographiés avec un piège photographique dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
Léopard photographié avec un piège photographique dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
Léopard photographié avec un piège photographique dans la réserve de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 

Sam et Johann du Toit, les propriétaires-gestionnaires du Shompole Wilderness CampJohann m'ont aidé à trouver un endroit idéal pour le point d'eau, dans une zone riche en faune sauvage, avec le mont Shompole comme toile de fond. J'ai apprécié de partir d'une feuille blanche et de peaufiner chaque détail, comme l'inclinaison de l'abri pour obtenir la lumièrelumière parfaite au lever et au coucher du soleilsoleil, et de m'assurer que le point d'eau lui-même avait l'airair aussi naturel que possible.

Construction de l'affût et du point d'eau

En décembre 2021, nous avons commencé par creuser une dépression peu profonde que nous avons remplie avec des bidons d'eau transportés à l'arrière d'une camionnette. J'ai installé un piège à caméra et, au cours des jours suivants, la faune a commencé à se manifester. Ensuite, deux conteneurs d'expédition ont été transformés en un abri spacieux avec des fenêtresfenêtres, des toilettes et des lits rabattables. En avril, les conteneurs ont été descendus dans un grand trou de sorte que les fenêtres se trouvent juste au-dessus du niveau de l'eau.

Préparation de l'endroit où le trou d'eau sera fait. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés
Préparation de l'endroit où le trou d'eau sera fait. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés
Remplissage du point d'eau pour la première fois et la construction de l'affût caché par des branchages. © Will Burrard-Lucas, tous droits résevés
Remplissage du point d'eau pour la première fois et la construction de l'affût caché par des branchages. © Will Burrard-Lucas, tous droits résevés

Trente Maasais de la communauté de Shompole ont aidé à construire un pipelinepipeline de 5 km à partir de la rivière et une pompe solaire a ensuite été installée pour maintenir le point d'eau en permanence à niveau. En juillet, Shompole Hide était prêt. Mes premières nuits dans la cachette ont été difficiles ! La faune était capricieuse et mes mouvementsmouvements étaient maladroits. Le plus souvent, les animaux étaient effrayés et disparaissaient dans un nuage de poussière avant que je puisse prendre une photo. Avec le temps, cependant, je suis devenu plus habile à me déplacer silencieusement et les animaux se sont habitués au nouvel occupant de la cachette.

Mangoustes photographiées depuis la cachette de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
Mangoustes photographiées depuis la cachette de Shompole. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 

Travailler dans le noir 

La nuit, j'ai appris à travailler dans le noir complet et j'ai trouvé comment éclairer le point d'eau sans déranger les animaux. L'éclairage était aussi important que la conception de l'abri lui-même. Il était important pour moi qu'il soit totalement flexible, afin que chaque photographe puisse éclairer le point d'eau dans son propre stylestyle et prendre des photos qui ne ressemblent pas à celles des autres. Pour moi, l'expérimentation de l'éclairage est l'un des aspects les plus stimulants et les plus passionnants du travail de nuit.

Quelques buffles photographiés depuis Shompole Hide. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 
Quelques buffles photographiés depuis Shompole Hide. © Will Burrard-Lucas, tous droits réservés 

Bien sûr, mon rêve était que les lions apparaissent et ils ont fini par le faire. Quand je repense à cette expérience, mon poulspouls s'accélère encore. J'étais seul, avec rien d'autre que de l'air entre moi et les lions. Les félins n'étaient qu'à quelques mètres et semblaient incroyablement grands de mon point de vue. Les lions savaient que j'étais là et soutenaient mon regard alors qu'ils s'approchaient de l'eau. Rien n'est comparable à cette connexion, au sentiment de vulnérabilité et à l'exaltation. La cachette de Shompole est désormais ouverte à toute personne séjournant au Shompole Wilderness Camp. Chaque session dans la cachette génère une contribution à la communauté locale. Le voyage de Shompole Hide ne fait que commencer, et j'ai hâte de voir ce qui va suivre.

Merci à Johann et Sam du Toit pour leur partenariat avec moi et pour avoir réellement fait avancer ce projet. Merci également à Joseph Namisi Hamisi pour son travail sur la cachette et au reste de l'équipe fantastique du Shompole Wilderness Camp. Merci à John Kamanga, Guy Western et aux gardes et moniteursmoniteurs de Soralo pour leur aide et le travail précieux qu'ils accomplissent. Merci à Tom et Celia O'Connor pour leur généreux soutien et à Contech pour la conversion des conteneurs. Enfin, un grand merci à Joel Karori, Daniel Kishanto et aux responsables de la conservation de Shompole pour leur soutien au projet, ainsi qu'à l'équipe de la communauté de Shompole qui a participé aux travaux de terrassementterrassement.