La pieuvre est un animal drôlement intelligent. À tel point que les chercheurs continuent de se demander d’où cet habitant des mers tire ses capacités. Et c’est peut-être bien dans ce que les scientifiques appellent les gènes sauteurs. Des gènes que l’on trouve aussi dans notre cerveau. Ils pourraient avoir évolué en parallèle dans nos deux espèces pour faire de nous, et de la pieuvre, des animaux… pas si bêtes ! © Vladimir Wrangel, Adobe Stock
Planète

Le cerveau des pieuvres a un point commun avec le nôtre : les gènes sauteurs

ActualitéClassé sous :animaux , Pieuvre , cerveau

« Bêtes de science », c'est comme un recueil d'histoires. De belles histoires qui racontent le vivant dans toute sa fraîcheur. Mais aussi dans toute sa complexité. Une parenthèse pour s'émerveiller des trésors du monde. Pour ce nouvel épisode, plongeons dans les abîmes pour retrouver un animal drôlement intelligent : la pieuvre.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une pieuvre noix de coco se cache dans une coquille vide  Les pieuvres n'ont plus à prouver qu'elles sont intelligentes ! Filmée en Indonésie, cette pieuvre noix de coco file se cacher dans une coquille vide pour échapper à l'objectif d'un plongeur trop intrusif. La pieuvre noix de coco fascine les scientifiques depuis longtemps. Grâce à elle, on a compris que les invertébrés peuvent aussi utiliser des outils ! 

La pieuvre est un animal étonnant. D'apparence, déjà, avec ses huit bras et son sang bleu. Un drôle d'habitant des mers. Drôle... et futé. Parce que la pieuvre est l'un de ces animaux auxquels les chercheurs ont, au fil du temps, découvert une intelligence tout à fait hors norme.

Depuis des années maintenant, les scientifiques scrutent la pieuvre sous tous les angles. Avec l'espoir de comprendre enfin comment elle a pu en arriver là. Il ne fait aucun doute que ses quelque 500 millions de neurones ont aidé. 500 millions, c'est autant qu'un chien. Excusez du peu !

Mais peut-être que les 33.000 gènes que les chercheurs ont pu identifier pour l'une au moins des 700 espèces de pieuvre qui existent au monde n'y sont pas pour rien non plus. Ou au moins certains d'entre eux. Des gènes pas tout à fait comme les autres. Ceux que les scientifiques appellent des gènes sauteurs. Ou, plus techniquement parlant, des éléments transposables. Parce qu'il est question ici de fragments d’ADN qui peuvent non seulement se copier, mais aussi se déplacer d'un endroit à un autre sur les chromosomes de la pieuvre.

Des gènes sauteurs chez les Hommes comme chez la pieuvre

Il faut savoir que plus de 45 % de notre génome est composé de tels gènes sauteurs. La plupart d'entre eux restent silencieux. Certains parce que des mutations les ont inactivés. D'autres parce qu'ils sont bloqués par des mécanismes de défense cellulaire. Ils restent toutefois utiles à l'évolution. Comme une sorte de « matière brute » qu'elle pourrait façonner.

Les Long Interspersed Nuclear Elements (Line), eux, constituent une famille de gènes sauteurs toujours actifs chez les Hommes. Les chercheurs ont découvert que leur activité est finement régulée... dans notre cerveau. Les éléments transposables Line, particulièrement actifs du côté de notre hippocampe, seraient associés à certaines de nos capacités intellectuelles comme l'apprentissage ou la mémoire.

Revenons maintenant à notre pieuvre. Elle aussi dispose de gènes sauteurs. Pour la plupart inactifs. Mais au moins un gène actif de la famille des Line que l'on retrouve dans le cerveau de l'animal. Les chercheurs l'ont identifié chez deux espèces de pieuvre. La pieuvre commune et la pieuvre à deux points de Californie, et plus exactement dans le lobe vertical de leur cerveau. Une structure qui, à l'instar de notre hippocampe, se trouve être le siège des capacités d’apprentissage et plus largement, de cognition, chez cet invertébré décidément pas comme les autres.

Cela constitue possiblement un exemple fascinant d’évolution convergente

Il n'en fallait pas plus pour que les chercheurs s'enthousiasment, vous imaginez. On peut les comprendre : mettre à jour une telle similitude entre les Hommes et des animaux aussi éloignés -- a priori -- que les pieuvres, ce n'est pas courant. Cela constitue possiblement un exemple fascinant d'évolution convergente. Le genre de phénomène au cours duquel deux espèces génétiquement très différentes développent, indépendamment l'une de l'autre, un même processus moléculaire en réponse à leurs besoins.

Autre motif d'excitation, le fait que l'identification de ce gène sauteur Line dans le cerveau de la pieuvre le propulse au rang de candidat numéro un des éléments à étudier pour améliorer les connaissances que nous avons sur l'évolution de l'intelligence. Avec la possibilité de comprendre un peu plus encore pourquoi la pieuvre n'est réellement pas si bête !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !