De rares images de pieuvres transparentes ont été capturées au cours de l'expédition dans l'archipel des Îles Phœnix. © SOI, ROV SuBastian
Planète

Une pieuvre fantôme ? Un crabe voleur ? Des nouvelles des profondeurs du Pacifique…

ActualitéClassé sous :océan , Fonds marins , Biodiversité

[EN VIDÉO] Le top 10 des créatures des profondeurs du Monterey Bay Aquarium  Les profondeurs océaniques regorgent de créatures étranges, à l'apparence presque extraterrestre. Le Monterey Bay Aquarium Research Institue (Mbari) a récemment posté un top 10 de quelques-uns de ces animaux, agrémenté de splendides images capturées durant ses missions d'exploration. 

Des scientifiques reviennent d'une longue expédition dans l'archipel des Îles Phœnix. Ils en ramènent de précieuses images montrant des comportements insolites ainsi que d'autres d'espèces rares. Ils  nous partagent leurs observations recueillies à plus de 1.000 mètres de profondeur.

Une expédition d'exploration de l'océan profond vient de se terminer dans l'aire marine protégée des Îles Phœnix, situées dans l'archipel des Kiribati dans l'océan Pacifique. Des chercheurs en océanologie se sont embarqués à bord du Falkor, le navire de recherche du Schmidt Ocean Institute localisé aux États-Unis. La campagne d'exploration a duré 34 jours et a permis de cartographier plus de 30.000 km² du fond des mers et de collecter des vidéos de monts sous-marins encore inexplorés. Au total, 21 plongées ont été effectuées avec le véhicule sous-marin téléguidé de l'Institut, le SuBastian, et ont permis d'enregistrer plus de 182 heures de vidéo.

Photographie d'un corail primnoïde colonisé par des ophiures qui capturent des proies dans le courant. © SOI / ROV SuBastian

Sur les images qu'ils ont collectées, les scientifiques participant à l'expédition ont pu effectuer deux rares observations d'une « pieuvre » transparente appartenant à la famille des Vitreledonellidae. Les seules parties non transparentes de ce céphalopode sont les nerfs optiques, les globes oculaires et le tube digestif. Avant cette expédition, il existait très peu d'images de cette pieuvre transparente, ce qui menait les scientifiques à l'étudier à travers les contenus stomacaux de ses prédateurs...

Le robot sous-marin SuBastian du Schmidt Ocean Institute a également capturé la première vidéo d'un requin-baleine à ces profondeurs. Sur l'une des vidéos enregistrées par SuBastian, il est également possible d'entendre l'excitation des scientifiques en découvrant qu'un crabe des profondeurs vole le poisson de l'un de ses congénères.  

Des données sans précédent sur les coraux et les éponges

L'un des objectifs principaux de la mission de cette année était de collecter des données concernant l'impact de la prédation sur la physiologie des coraux et des éponges vivant dans les grandes profondeurs de l'archipel des Îles Phœnix. L'équipe scientifique a par exemple étudié comment les coraux réagissaient à la suite de blessures et de cicatrices causées par l'activité de broutage de leurs prédateurs. Elle a également mené une série de nouvelles expérimentations à bord du navire afin de déterminer comment le système immunitaire des coraux et des éponges réagissait à plus de 15 stimuli microbiens différents. Elle a pour cela généré la plus grande collection de cultures microbiennes en eaux profondes du centre de l'océan Pacifique.

Une galathée est surprise sur un corail doré dans les profondeurs de l'archipel des Îles Phœnix. © SOI, ROV SuBastian

Les résultats qui seront apportés par cette campagne contribueront notamment à définir le fonctionnement de l'immunité adaptative chez ces organismes pluricellulaires qui sont des organismes à deux feuillets embryonnaires (ectoderme et endoderme) par opposition aux organismes possédant également du mésoderme, tels que les mollusques, les oiseaux, les mammifères ou les arthropodes par exemple. Ces nouvelles données concernant la physiologie des coraux et des éponges pourraient contribuer à améliorer les traitements contre le cancer et l'efficacité des vaccins.

Ces observations ont modifié la façon dont les scientifiques pensaient que les organismes vivaient et interagissaient

Le Dr. Tim Shank est biologiste à la Woods Hole Oceanographic Institution et a participé à la campagne. Selon lui, le fait d'avoir observé les communautés d'eaux profondes a modifié la façon dont les scientifiques pensaient que les organismes vivaient et interagissaient au niveau des monts sous-marins, et qu'ils maintenaient une diversité de vie dans l'océan profond.

La cofondatrice du Schmidt Ocean Institute, Wendy Schmidt, ajoute que cette expédition contribue à montrer que des efforts supplémentaires doivent être faits afin de comprendre et de restaurer les écosystèmes marins dans le monde, y compris ceux moins bien connus des profondeurs, car la vie qui commence dans l'océan est déterminante pour la santé et le bien-être de l'être humain.

---

Le rendez-vous audio de l'intelligence animale ! À retrouver toutes les deux semaines.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !