Une bactérie proche des chlamydias découverte dans les profondeurs de l’océan Arctique

Classé sous :bactéries , Chlamydia , Chlamydiae

Les chlamydias sont des bactéries responsables d'infections génitales ou respiratoires. La chlamydiose est même la maladie sexuellement transmissible (MST) infectieuse la plus fréquente en France chez les 16-24 ans, surtout chez les femmes. Des chercheurs de l'université Uppsala en Suède viennent de découvrir des dizaines de nouvelles espèces de chlamydiae, de la même famille que les chlamydias, dans un endroit pour le moins inattendu : des sédiments marins prélevés à trois kilomètres sous le fond océanique de l'océan Arctique, entre l'Islande, la Norvège et le Svalbard. Un milieu pourtant totalement dépourvu d'oxygène et soumis à de fortes pressions.

L'étude, relayée dans la revue Current Biology, explique même que ces bactéries y sont extrêmement abondantes, puisqu'elles représentent jusqu'à 43 % des bactéries identifiées dans les échantillons analysés. Cent soixante-trois espèces différentes ont été dénombrées, dont plusieurs lignées encore inconnues. Mais rassurez-vous : « Aucune de ces chlamydiae n'est pathogène pour l'Homme », indique Thijs Ettema, professeur de microbiologie à l'université d'Uppsala, au site IFLScience. « Il est probable qu'elles n'ont même pas d'organisme hôte. Ou peut-être au mieux des cellules de plancton ». Les auteurs suggèrent qu'elles se nourrissent d'autres microbes vivant dans les sédiments. L'étude montre en tout cas que la famille des chlamydiae est bien plus vaste qu'estimé. Une meilleure compréhension de leur mode de vie et de leur diversité devrait permettre d'en savoir plus sur leur origine et la raison pour laquelle certaines sont devenues infectieuses.

Des dizaines de nouvelles espèces de chlamydiae ont été découvertes au fond de l’océan Arctique, dans des zones totalement dépourvues d’oxygène. Elles appartiennent à des lignées différentes de la chlamydia infectieuse. © Jennah Dharamshi et al, Current Biology