Cartographier les fonds marins d’ici 2030 et en HD, c’est le défi lancé au vainqueur du Shell Ocean Discovery XPrize. © PublicDomainPictures, Pixabay License

Planète

Océan : cartographier les fonds marins en HD en un temps record, un défi

ActualitéClassé sous :océan , cartographier , fonds marins

80 % des fonds marins restent encore à explorer. Mais les progrès réalisés ces dernières années en matière d'intelligence artificielle pourraient aider à cartographier les océans de manière autonome, en haute résolution et dans un temps record.

Entre 200 et 600 ans. C'est une estimation du temps qu'il faudrait aux technologies d'hier pour cartographier en HD l'ensemble des fonds marins de la planète. Et c'est sans parler du budget de près de 3 milliards d'euros qui serait nécessaire. Mais une compétition lancée en 2015, le Shell Ocean Discovery XPrize, pourrait tout changer. Le vainqueur a été désigné il y a quelques jours. Son objectif : réaliser une cartographie complète d'ici 2030.

Le défi technique est de taille. Car l'environnement est très difficile. L'eau salée, d'abord, est particulièrement corrosive, pour l'électronique comme pour le métal. Les pressions qui règnent dans les fonds marins, ensuite, sont élevées. À la profondeur moyenne de 4.000 mètres, la pression est 400 fois supérieure à celle du niveau de la mer. Et puis, à pareille profondeur, il n'y a pas de lumière. La communication avec la surface est compliquée. Les aléas climatiques, enfin, peuvent causer des problèmes supplémentaires.

Un test en milieu réel pour départager les finalistes

Dans le cadre de la compétition, une zone test d'environ 500 km2 a été désignée dans la région de Kalamata (Grèce). Les finalistes avaient 24 heures pour cartographier, à l'aide d'un engin non habité, au moins 250 km2 de fonds océaniques avec une résolution de cinq mètres - la résolution moyenne actuelle étant d'environ un kilomètre - et pour identifier et photographier au moins 10 caractéristiques archéologiques, chimiques, biologiques ou géologiques des lieux. Ils avaient ensuite 48 heures seulement pour compiler leurs données et en tirer des cartes.

L’équipe Gebco (General Bathymetric Chart of the Oceans) remporte le Shell Ocean Discovery XPrize avec ses deux navires autonomes. Ici, le navire de surface. © Gebco-NF Alumni Team

Cartographier pour mieux comprendre

« L'équipe gagnante - baptisée Gebco pour General Bathymetric Chart of the Oceans - a même réussi, dans le temps imparti, à cartographier environ 140 km2 avec une précision dépassant celle demandée », commente Jyotika Virmani, responsable de la compétition. Le tout grâce à un navire de surface non habité qui a largué un sous-marin puis l'a retrouvé et rapporté au port. Mais aussi grâce à un système de traitement des données qui a aidé les hydrographes de l'équipe à transformer rapidement toutes les informations recueillies en carte.

Mais pourquoi vouloir cartographier les fonds marins ? Parce que, pour mieux préserver cet incroyable écosystème que constituent les océans du monde, il faut d'abord le comprendre. Et pour le comprendre, il est indispensable de le cartographier. Ainsi la décennie à venir sera-t-elle, pour les Nations unies, la décennie des sciences de la mer et la cartographie des océans en constituera un objectif majeur.

La National Oceanic and Atmospheric Administration (États-Unis), de son côté, offrait une récompense à celui qui serait capable de détecter et de suivre des signaux chimiques et biologiques dans l'océan jusqu'à leur source. Mais aucun concurrent n'a réellement su relever ce défi.

  • Aujourd'hui, seulement 20 % des fonds océaniques sont cartographiés et avec une résolution de l'ordre du kilomètre.
  • Cartographier les océans en HD et en un temps record, c'est le défi qu'ont relevé les participants au Shell Ocean Discovery XPrize.
  • L'équipe gagnante est parvenue à cartographier 250 km2 en 24 heures seulement et avec une résolution minimale de cinq mètres.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Les satellites du Cnes au service de l'océanographie mondiale  Depuis 1992, les satellites offrent une surveillance précise des mers. Devenus indispensables aux océanographes, ils permettent au quotidien de suivre les modifications de cet écosystème complexe. Le Cnes (Centre national d'études spatiales) nous en dit plus au cours de cette vidéo.