Pendant les pics de température, le climatiseur mobile peut représenter une solution pour rafraîchir une pièce de votre maison. © alexlmx, Fotolia

Maison

Climatiseur mobile : quelle consommation ? pour quelle surface ?

Question/RéponseClassé sous :climatisation , climatiseur , climatiseur mobile

Jadis un luxe réservé à certaines personnes, la climatisation s'est démocratisée depuis quelques années. Et plus encore avec l'apparition de climatiseurs mobiles. Mais certains les accusent d'être particulièrement énergivores. Qu'en est-il vraiment ?

Lorsqu'au-dehors les températures grimpent, il est agréable de pouvoir presser le bouton de son climatiseur pour retrouver une ambiance agréable à l'intérieur de sa maison. Et désormais, plus besoin de demander à son propriétaire de réaliser des travaux d'installation ou d'obtenir l'accord de la copropriété car il est possible d'opter pour un climatiseur mobile. L'appareil est extrêmement simple d'installation et d'utilisation et il nécessite peu d'entretien. Il peut bien sûr être déplacé de pièce en pièce grâce, généralement, à des roulettes.

Afin de bénéficier du meilleur rapport qualité/prix, mais aussi d'optimiser sa consommation électrique, il reste cependant indispensable de définir ses besoins réels en amont. Évitez donc les achats impulsifs et non réfléchis, uniquement guidés par une soudaine vague de chaleur et encouragés par les publicités pas toujours faciles à décrypter.

Ainsi, les climatiseurs mobiles devraient avant tout être dédiés à des besoins ponctuels de fraîcheur dans des pièces relativement petites. Pour les espaces les plus réduits, vous pourrez opter pour un climatiseur monobloc, le moins cher à l'achat (moins de 1.000 euros en général). Son circuit frigorifique se trouve à l'intérieur de l'unité et il évacue l'air chaud par le biais d'une gaine flexible dont l'extrémité doit être disposée à l'extérieur de la pièce à rafraîchir. Pour les espaces un peu plus grands, préférez un climatiseur split composé d'une unité intérieure — qui fabrique l'air frais — et d'une unité extérieure — qui évacue l'air chaud et inclut les organes les plus bruyants de l'appareil —, les deux étant raccordées par un simple tuyau. Il pourra vous en coûter jusqu'à 3.000 euros. Les fiches techniques des différents appareils précisent généralement la superficie qu'ils sont capables de climatiser.

La puissance nécessaire à rafraîchir efficacement une pièce varie aussi en fonction de son exposition, de son isolation, etc. © Jonathan Percy, Unsplash

Plusieurs paramètres à peser pour choisir son climatiseur

Autre point à prendre en considération : la puissance du climatiseur. Car plus la puissance d'un appareil est importante, plus il consomme de l’énergie. Ceci dit, si un climatiseur manque de puissance au regard de celle dans laquelle il est installé, il aura aussi tendance à surconsommer. Généralement, pour éviter à la fois les sous-régimes et les surrégimes, on estime qu'une puissance de 100 à 130 watts est nécessaire pour rafraîchir chaque mètre carré d'une pièce dont la hauteur sous plafond est de l'ordre de 2,50 mètres.

La classe énergétique de l'appareil donne elle aussi une indication de sa consommation. Optez donc de préférence pour un climatiseur de classe énergétique A ou au-delà. Et pensez à étudier les avantages offerts par un modèle de climatisation réversible. Utilisé comme système de chauffage en hiver, celui-ci consommera moins qu'un radiateur classique et fera donc baisser d'autant votre consommation à ce moment-là de l'année.

Globalement, pour un climatiseur d'une puissance de 1.500 W, il vous en coûtera autour de 100 euros pour rafraîchir une pièce tout un été (90 jours/5 heures par jour, tarif EDF 2017). Pour une pièce un peu plus grande et de fait, avec un climatiseur plus puissant, de 4.000 W, vous devrez débourser au-delà de 250 euros.

Enfin, notez que, quel que soit le modèle de climatiseur mobile choisi, vous pouvez réduire sa consommation en adoptant quelques gestes simples. Fermez par exemple les rideaux et/ou les volets, surtout lorsque le soleil tape sur vos fenêtres. Ou évitez de programmer la température de climatisation en dessous de 3 à 5 degrés de différence avec l'extérieur.

Cela vous intéressera aussi