Des chercheurs de l’université de l’Oregon (États-Unis) montrent à quel point il est efficace, lorsque la température monte à l’extérieur, de fermer ses volets en plein soleil et d’ouvrir ses fenêtres la nuit. © Gilles Paire, Adobe Stock
Maison

Gardez efficacement votre maison au frais sans climatisation grâce à ces conseils de scientifiques

ActualitéClassé sous :Bâtiment , climatisation , fraîcheur

Au cœur de la vague de chaleur extrême qui a déferlé sur les États-Unis en juin 2021, des chercheurs ont procédé à quelques expériences. Ils montrent que les techniques de climatisation passive peuvent tout à fait suffire à maintenir une maison au frais pendant plusieurs jours.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Changement climatique : comment protéger nos villes des coups de chaleur ?  Pour limiter les températures en milieu urbain lors des canicules estivales, il faut réfléchir à cette question dès la conception des aménagements, bâtiments d'habitation ou d'activité, voirie, plans de circulation, etc. Un programme d'études européen, Urban Fluxes, pose les jalons pour mieux construire les cités de demain. 

L'été vient de commencer. Et nous avons déjà eu à affronter un épisode de fortes chaleurs. D'autant plus difficiles à supporter lorsque la température monte aussi dans nos maisons. La tentation est alors grande d'allumer la climatisation -- pour ceux qui en disposent. Mais des chercheurs de l’université de l’Oregon (États-Unis) nous apprennent aujourd'hui que des mesures dites de « climatisation passive » peuvent s'avérer tout aussi efficaces.

De quoi s'agit-il ? Tout simplement d'ouvrir les fenêtres la nuit et de fermer les volets aux moments les plus ensoleillés de la journée. Selon les simulations des chercheurs, il y aurait ainsi de quoi maintenir une température confortable à la maison -- comprenez « hors de la zone de danger » -- au moins pendant les trois premiers jours d'une forte vague de chaleur. Le tout sans recourir à une climatisation artificielle.

Fermer les volets et ouvrir les fenêtres

Les chercheurs ont travaillé sur les données de la vague de chaleur extrême qui a déferlé sur l'Oregon en juin 2021. Les températures avaient alors frôlé les 47 °C ! Un épisode mortel. Notamment dans les zones urbaines les plus denses. Peu de logements étant équipés de systèmes de climatisation. Car la température reste habituellement vivable dans la région.

Reste ou restait ? Parce qu'avec le réchauffement climatique, ce type de vagues de chaleur devrait se répéter. Les chercheurs se félicitent d'avoir réussi à prouver les bienfaits de la climatisation passive. Plus efficace lorsque l'on utilise des volets extérieurs que des rideaux intérieurs fermés lorsque le soleil tape sur les fenêtres et lorsque l'on ouvre lesdites fenêtres la nuit ou tôt le matin pour laisse entrer l'air le plus frais. « Nous ne nous attendions pas à une telle efficacité », reconnaît Alan Rempel, mathématicien, dans un communiqué de l’université de l’Oregon. Avec son équipe, il vient en tout cas de faire la preuve que la climatisation passive peut avantageusement remplacer les systèmes de climatisation énergivores qui font grimper les factures et les émissions de gaz à effet de serre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !