Tu aimerais œuvrer en faveur de l’environnement en recherchant des solutions concrètes ? Si tu es d’un naturel travailleur et curieux, il se pourrait bien que le métier d’ingénieur en efficacité énergétique soit une piste à envisager pour ton avenir. Pour asseoir ton choix, découvres-en davantage sur ce métier !

L’efficacité énergétique est le fait de réduire l’utilisation d’énergie tout en conservant un confort identique. Selon Corentin Lefort, ingénieur en efficacité énergétique au sein de Citron®, plateforme web de suivi et d’analyse des consommations énergétiques, la transition énergétique consiste à « pouvoir faire aussi bien voire mieux avec moins ! »

Pour en savoir plus sur le métier d'ingénieur en efficacité énergétique, découvrez l'interview de Corentin Lefort dans La Boîte à Métiers © Planète Énergies 

L’ingénieur en efficacité énergétique a donc pour mission d’accompagner les entreprises privées et publiques ainsi que les collectivités territoriales pour réduire la consommation énergétique de leurs bâtiments en prenant en compte leurs propres besoins. Si une partie de son travail peut s’effectuer sur le terrain avec la visite des constructions, la réalisation de l’inventaire technique ou le relevé de consommation, l’autre partie se finalise au bureau d’études avec l’analyse des données. Ces différentes tâches amènent l’ingénieur en efficacité énergétique à proposer des solutions concrètes et sur mesure.

Quelles sont les compétences et qualités requises pour devenir ingénieur en efficacité énergétique ?

Corentin Lefort explique au micro de Planète Energies que, pour être compétent dans ce métier, il est nécessaire d’avoir « une bonne connaissance du bâtiment au sens large du terme, une appétence pour la donnée, car il n’est pas possible de réduire ce qui n’a pas été mesuré ! » Ensuite, il estime que ce métier nécessite d’ « être organisé, à l’écoute et très curieux ».

L’ingénieur en efficacité énergétique doit, en outre, pouvoir :

  • utiliser les compétences techniques acquises durant ses études comme les méthodes de calculs énergétiques et thermiques ;
  • maîtriser différents logiciels propres à son domaine (logiciels de calculs thermiques par exemple) ;
  • se tenir au courant des évolutions technologiques et légales ;
  • avoir le sens du contact et du service ;
  • savoir argumenter et négocier pour défendre ses solutions ;
  • savoir rédiger des rapports ;
  • être rigoureux ;
  • savoir travailler en autonomie comme en équipe ;
  • avoir un attrait particulier pour l’environnement.
 Réduire la consommation énergétique des bâtiments pour prendre en compte les besoins des entreprises et des collectivités © Ty, Adobe Stock
 Réduire la consommation énergétique des bâtiments pour prendre en compte les besoins des entreprises et des collectivités © Ty, Adobe Stock

Quelle formation faut-il envisager pour être ingénieur en efficacité énergétique ?

Pour devenir ingénieur, il est indispensable d’intégrer une école d’ingénieur post-bac ou à l’issue d’une prépa. L’école doit également proposer un module autour de l’énergie ou du bâtiment.

Ainsi, il existe de nombreuses façons d’accéder à ce métier en obtenant un :

  • diplôme d'ingénieur en génie énergétique du bâtiment ;
  • diplôme en ingénierie économie de la construction ;
  • diplôme d'ingénieur en génie thermique ou en génie climatique ;
  • master génie civil, structure, matériaux, énergétique du bâtiment ;
  • master spécialisé « expert en éco-matériaux » ;
  • master en sciences de l’environnement ;
  • master génie civil, ingénierie du bâtiment

Et le salaire ?

Le salaire de début de carrière d’un ingénieur en efficacité énergétique peut avoisiner 2 500 à 2 650 € brut mensuels. Le salaire brut mensuel peut néanmoins atteindre 3 300 €, voire peut-être 4 150 € en fonction de l’expérience du professionnel et de l’évolution des missions qui lui sont confiées. Elles se diversifient au cours de la carrière.

Néanmoins, le métier d’ingénieur en efficacité énergétique est relativement récent, ce qui rend difficile la projection des salaires en fin de carrière.

Quelles peuvent-être les perspectives d’évolution du métier d’ingénieur en efficacité énergétique ?

Un ingénieur en efficacité énergétique peut par la suite piloter des études en devenant responsable de pôle d’études thermiques ou encore être chargé de mission efficacité énergétique au sein d’une collectivité territoriale.

Un exemple de mission

Corentin Lefort indique comment, dans son travail, il est amené à réfléchir à certaines solutions : « Avant de vouloir absolument passer aux énergies renouvelables, on va évoquer la sobriété énergétique comme par exemple le fait de couper la lumière en période d’inoccupation. Ensuite, on parle d’efficacité énergétique. Cela consiste à utiliser des équipements plus performants pour répondre à un même confort sans consommer plus. Enfin, on va réfléchir à mettre en place une énergie renouvelable, plus locale, pour pouvoir diminuer l’impact environnemental des entreprises et des collectivités ».

Article rédigé en partenariat avec Planète Energies, une initiative de la Fondation TotalEnergies.
Planète Energies, c'est le site de référence sur toutes les énergies à destination des élèves du primaire, du secondaire et de leurs enseignants.
Pour plus d'information :
 www.planete-energies.com