Les fleurs ont la capacité naturelle à s'orienter vers le soleilsoleil afin de capter un maximum de lumièrelumière. Une faculté nommée phototropisme, que des chercheurs de l'université de Californie ont réussi à intégrer à des mini-tournesols artificiels nommés SunBOTS. Ces microfleurs d'à peine 0,5 millimètre de diamètre possèdent une « tige » orientable d'un millimètre de haut, qui se plie automatiquement pour s'aligner dans la direction de la source lumineuse, sans aucune source d'énergieénergie ni intervention humaine.

Grâce à sa tige orientable, le SunBOT se plie automatiquement vers la source lumineuse. De cette façon, la fleur récolte jusqu’à 400 % d’énergie en plus. © Xiaoshi Qian et al, Nature Nanotechnology, 2019.
Grâce à sa tige orientable, le SunBOT se plie automatiquement vers la source lumineuse. De cette façon, la fleur récolte jusqu’à 400 % d’énergie en plus. © Xiaoshi Qian et al, Nature Nanotechnology, 2019.

Pour parvenir à cette prouesse, les chercheurs ont mis au point un polymèrepolymère spécial incorporant des nanoparticulesnanoparticules photoabsorbantes, qui se déforme sous l'effet de la chaleurchaleur, entraînant un rétrécissement de la tige et donc son inclinaison. « Nos SunBOTS sont 400 fois plus efficaces qu'un système stationnaire équivalent », se félicitent les chercheurs, dont l'étude est publiée dans Nature Nanotechnology. Ces mini-tournesols orientables ne sont pour l'instant qu'au stade de concept, mais l'idée est très prometteuse. Ce concept pourrait par exemple améliorer l’efficacité des panneaux solaires, créer des « voiles solairesvoiles solaires » intelligentes, détecter des émissionsémissions énergétiques ou encore fournir une source d'énergie aux engins spatiaux.