Aux Canaries, le projet d’une île autonome en énergie est né il y a 30 ans mais il a fallu attendre 2013 pour qu’il devienne réalité. Sur l’île El Hierro, aux Canaries, une centrale hydro-éolienne a été construite. Elle fournira les besoins énergétiques des 11.000 habitants. Les énergies renouvelables prennent ainsi le pas sur l’énergie pétrolière.
Cela vous intéressera aussi

L'île El Hierro est la plus petite et la plus méridionale des îles Canaries. La terreterre y est aride et l'eau doucerare. Elle n'héberge que 11.000 habitants mais accueille de nombreux touristes. Chaque année, elle importe 6.000 tonnes de pétrolepétrole pour subvenir aux besoins énergétiquesbesoins énergétiques des insulaires qui bénéficient d'une centrale électrique et d'une usine de dessalement de l'eau de mer, laquelle génère la moitié de la dépense en énergieénergie.

Sur l'île El Hierro, la centrale hydro-éolienne permettra de fournir 85 % des besoins énergétiques de l'île. Les cinq éoliennes de 64 m fournissent une puissance totale de 11,5 MW. Le surplus d'énergie est utilisé pour une usine de dessalement mais aussi pour actionner une pompe qui monte l'eau du bassin inférieur vers le lac supérieur. Durant les périodes sans vent, on laisse l'eau s'écouler vers le bas et des turbines produisent de l'électricité. © Idé

Sur l'île El Hierro, la centrale hydro-éolienne permettra de fournir 85 % des besoins énergétiques de l'île. Les cinq éoliennes de 64 m fournissent une puissance totale de 11,5 MW. Le surplus d'énergie est utilisé pour une usine de dessalement mais aussi pour actionner une pompe qui monte l'eau du bassin inférieur vers le lac supérieur. Durant les périodes sans vent, on laisse l'eau s'écouler vers le bas et des turbines produisent de l'électricité. © Idé

Depuis près de 30 ans, l'île développe un projet de grande ampleur : elle compte devenir autonome en énergie, et n'utiliser que celles qui sont renouvelables. Par sa situation géographique, El Hierro est une candidate idéale à l'énergie éolienneénergie éolienne. À 27° N, en effet, elle profite des alizésalizés toute l'année. Cependant, les éoliennes ne suffiraient pas à fournir la totalité des demandes énergétiques. L'île a donc construit la première centrale hydro-éolienne au monde, associant des aérogénérateurs (les éoliennes), des retenues hydrauliques pour le stockage et des générateursgénérateurs hydroélectriques.

Si le projet coûte 65 millions d'euros, il devrait faire économiser à l'île 6 à 7 millions d'euros par an. Il éviterait en outre l'émissionémission annuelle de 18.700 tonnes de CO2 dans l'atmosphèreatmosphère. La centrale hydro-éolienne produira, à elle seule, entre 80 et 85 % du besoin énergétique de l'île. Le reste sera approvisionné par l'énergie solaire. Construite sur la côte nord-est, elle est alimentée par cinq éoliennes, hautes de 64 m.

L’eau et le vent au service de l’île El Hierro

L'ensemble des cinq éoliennes génère une puissance totale de 11,5 MW. L'électricité produite sert d'abord à alimenter directement les habitations et l'usine de dessalementusine de dessalement de l'eau de mer. Le surplus permet, grâce à un système de pompage, d'acheminer l'eau depuis un bassinbassin artificiel de 150.000 m3, situé près de la capitale, Valverde, jusqu'à un second bassin de 550.000 m3 situé 700 m plus haut, dans un cratère de volcan. Ainsi, lorsqu'il n'y a pas assez de ventvent, il suffit de relâcher d'eau du lac supérieur pour alimenter six turbines hydrauliques d'une puissance totale de 11,3 MW.

Ce système hydraulique permet à l'île de tenir deux jours sans vent. La centrale thermique alimentée au diesel sera néanmoins maintenue pour réagir en cas de problème technique de l'installation, ou de duréedurée prolongée sans vent.

Toutefois, le projet ne s'arrête pas là. El Hierro compte devenir une île complètement propre. Tous les secteurs de production ont été modifiés. Il s'agit principalement de l'agricultureagriculture et de l'élevage : les moutons et les chèvres ont remplacé les vachesvaches qui abîmaient le sol. Les produits issus du lait de chèvre ou de brebis, de bonne qualité, sont exportés. L'île El Hierro a donc tout du modèle de développement durabledéveloppement durable efficace.