L’insert diffuse principalement la chaleur par convection, mais le rayonnement de sa façade vitrée représente un apport calorifique non négligeable. © Deville

Maison

Insert à bois : quelle puissance choisir ?

Question/RéponseClassé sous :chauffage , insert à bois , cheminée

La puissance calorifique nécessaire d'un insert à bois se calcule sur la base d'un fonctionnement à plein régime. Le choix dépend de la surface à chauffer, du niveau d'isolation de la maison et du lieu d'habitation.

Les inserts à bois : différentes puissances

Les inserts à bois existent dans une plage de puissances de 5 à 19 kW, selon les marques. Il s'agit des puissances nominales, auxquelles les appareils doivent fonctionner pour atteindre le rendement affiché. On estime en moyenne qu'il faut 1 kW de puissance émise pour 10 m2 chauffés. Pour une surface habitable de 80 m2, cela correspond en théorie à insert de 8 kW.

Mais l'habitat ancien mal isolé réclame en réalité une puissance plus importante qu'une maison neuve soumise aux exigences de la réglementation thermique. Le calcul doit également prendre en compte la zone climatique (région, altitude), les fonctionnalités de l'insert (canalisable ou non) et son emplacement dans une configuration donnée : central dans un volume ouvert, implanté dans une pièce fermée...

L’insert aspire l’air ambiant par ses entrées basses frontales et le réchauffe par échange thermique en le faisant circuler entre les doubles parois du corps de chauffe. Sur ce modèle, les turbines installées en série, de part et d’autre, optimisent la répartition de chaleur dans la pièce. © Supra

Insert à bois : trouver le juste dimensionnement

La tentation est grande d'installer un modèle plus puissant que nécessaire, dans le but de le faire fonctionner au ralenti et d'augmenter ainsi son autonomie. À faible allure, l'insert à bois n'a pas le rendement voulu et il pollue plus que la normale. La mauvaise combustion encrasse l'appareil et le conduit de fumée avec, pour autres conséquences, l'usure prématurée du corps de chauffe et un risque de feu de cheminée.

En cas de doute, certains spécialistes conseillent de sélectionner la puissance inférieure à la base théorique : par exemple, 7 kW nominaux au lieu de 8 kW pour 80 m2 de surface habitable dans une maison moyennement isolée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Ces vitres intelligentes produisent de l'énergie et régulent la température  En modulant leur transparence, ces vitres font varier la quantité de lumière pénétrant dans une pièce. Mieux, l'énergie absorbée n'est pas perdue et peut être restituée au bâtiment. Issue d'un programme de recherche européen, l'idée de Fluidglass commence à se concrétiser dans un prototype fonctionnel.