Santé

Dépression de l'adolescent, du nourrisson et de l'enfant

Dossier - Dépression : de la déprime au burn-out
DossierClassé sous :médecine , dépression , trouble du sommeil

-

De 5 % à 10 % de la population française serait touchée par la dépression ! Bonne nouvelle tout de même : psychothérapies ou médicaments adaptés peuvent venir à bout de ce désagréable épisode.

  
DossiersDépression : de la déprime au burn-out
 

Les enfants et adolescents aussi peuvent être sujets à des épisodes dépressifs. Ils s'installent sur une longue durée et mènent souvent à l'isolement social.

Les enfants aussi peuvent être sujet à la dépression. © All about people, Shutterstock

La dépression du nourrisson

La dépression chez l'enfant a été mise en évidence en 1946 par René Arpad Spitz, un médecin viennois, qui met en cause la relation entre la mère et son nourrisson. Ses travaux portent sur le développement du bébé en l'absence de la figure maternelle.

Ainsi, un nourrisson âgé de 6 mois privé de sa mère commence à adopter une attitude versatile envers les autres, accompagnée de pleurs et de cris plaintifs. Dans cette situation particulière, le bébé développe des insomnies, des troubles alimentaires (perte de poids voire anorexie) qui se traduisent sur le plan physique par un arrêt brutal de sa croissance. Un ralentissement psychomoteur naît de ce manque de présence de la mère. L'enfant se retrouve avec un retard langagier considérable, sans omettre un désintérêt significatif et marqué pour les activités et les jeux d'éveil. Un autre chercheur, John Bowlby, psychiatre anglais, met en lumière, dès 1952, le fait qu'un nourrisson a besoin d'un contact physique avec sa mère pour pouvoir se développer correctement. Dans le cas contraire, l'enfant en bas âge peut être sous l'emprise d'une détresse morale.

Si la dépression chez l'adolescent est assez connue, on ne pense pas toujours qu'elle peut aussi se rencontrer chez l'enfant et le nourrisson. © Gwi R-Flickr CC by nc sa 2.0

Les enfants et les adolescents

Les enfants peuvent déclarer, au même titre que les adultes, tous types de troubles de l'humeur, de l'épisode dépressif majeur à la bipolarité en passant par toutes les formes de déprime. Environ 5 % des adolescents seraient dépressifs, tous sexes confondus. Après 15 ans, les filles sont deux fois plus exposées à cette pathologie.

Dans près des deux tiers des cas (60 %), ces symptômes dépressifs sont associés à une anxiété plus importante que la moyenne. Longtemps laissée de côté, la dépression chez l'enfant et l'adolescent est aujourd'hui mieux prise en compte : il faut la soigner rapidement et efficacement pour qu'elle ne laisse pas de traces une fois l'adolescent parvenu à l'âge adulte.

Si nécessaire, on peut prescrire à l’enfant dépressif un inhibiteur sélectif de la recapture de sérotonine, qui va réguler la circulation de cette hormone. Ici, la pompe à recapture est le gros point rose sur la droite. 1 Mitochondrie, 2 Vésicule synaptique pleine de neurotransmetteurs, 3 Autorécepteur, 4 Fente synaptique, 5 Récepteur de neurotransmetteur, 6 Flux de calcium, 7 Vésicule libérant des neurotransmetteurs, 8 Pompe de recapture de la sérotonine. © Mouagip

Diagnostic difficile

Le diagnostic n'est pas si facile à poser, l'adolescence étant, par définition, une période charnière au cours de laquelle on se rebelle et on est souvent « mal dans sa peau », en conflit avec la société et les proches. Dans son ouvrage intitulé Médecine de l'adolescent, Patrick Alvin confirme que « l'expression dépressive à l'adolescence se situe sur un continuum, allant de la normalité aux états les plus pathologiques, ce qui explique probablement l'effet de brouillage dans la reconnaissance diagnostique de ces derniers ».

Un traitement classique

Dès la première alerte, l'adolescent doit pouvoir parler avec un spécialiste (médecin ou thérapeute), qui mettra en place un suivi médicalisé de qualité. Ainsi, l'accent est mis sur les thérapies comportementales et cognitives, qu'elles se déroulent en groupe, avec les proches ou seulement entre l'adolescent et le thérapeute. Si nécessaire, le jeune malade peut suivre une thérapie médicamenteuse basée sur la nouvelle génération des ISRS, efficace pour la recapture de la sérotonine.