Santé

Suicide et dépression

Dossier - Dépression : de la déprime au burn-out
DossierClassé sous :médecine , dépression , trouble du sommeil

-

De 5 % à 10 % de la population française serait touchée par la dépression ! Bonne nouvelle tout de même : psychothérapies ou médicaments adaptés peuvent venir à bout de ce désagréable épisode.

  
DossiersDépression : de la déprime au burn-out
 

Chaque année, environ 120.000 personnes, en France, tentent de mettre fin à leurs jours, 10 % y parviennent. Parmi les victimes de suicide, 70 % étaient dépressives.

Suicide et dépression. © Sergey Nivens, Fotolia

Dépression et crise suicidaire : la spirale infernale

La plupart des personnes dépressives jouent un jour ou l'autre avec l'idée du suicide. Cela ne signifie heureusement pas qu'elles passeront à l'acte. Au contraire, la plupart d'entre elles ne feront jamais de tentative. Pour d'autres, cette idée va se préciser au fil des semaines, si le patient ne bénéficie pas d'un traitement, d'une écoute ou d'un soutien quelconque.

L'idée est d'abord furtive, le malade la combat, l'efface. Mais au fur et à mesure qu'il s'enfonce dans la dépression, il va commencer à l'envisager avec plus de sérieux, voire à planifier son action. Bientôt, il a l'impression que le suicide est l'unique solution à ses problèmes, la maladie l'empêchant de raisonner logiquement. Le moment du passage à l'acte peut ainsi être planifié, mais il peut aussi survenir brusquement, à un moment où les émotions débordent. Quelques secondes peuvent suffire pour que tout bascule et que l'on passe du fantasme à la réalité.

Chaque année, quelque 120.000 personnes font une tentative de suicide, dont 70 % sont en pleine dépression. © Lisa

Le plus troublant, c'est que le malade ne souhaite généralement pas mourir : il veut s'extraire d'une réalité qui ne lui convient plus et échapper à une souffrance devenue insupportable.

Heureusement, il est possible de stopper cette dangereuse spirale. Mais pour cela, il faut détecter le risque suicidaire, ce qui ne peut se faire sans la coopération du patient, qui a tendance à cacher cet état. C'est donc à l'entourage familial et médical d'être attentif aux changements dans le comportement de la personne malade. On peut essayer d'entamer la discussion ou, au moins, faire comprendre qu'on peut recevoir les confidences sans juger.

Le fait d'avoir déjà commis une tentative de suicide constitue un facteur de risque : environ la moitié des suicides ayant abouti aurait été précédée d'une tentative. Lorsqu'un proche a déjà essayé de se suicider, il faut donc redoubler de vigilance et, surtout, faire appel à des professionnels de santé pour obtenir des conseils adaptés à la situation.

Le suicide est toujours évitable, quel que soit le stade de la dépression. Mais il importe que le patient soit étroitement suivi par un spécialiste.