Santé

Burn-out et dysthymie

Dossier - Dépression : de la déprime au burn-out
DossierClassé sous :médecine , dépression , trouble du sommeil

-

De 5 % à 10 % de la population française serait touchée par la dépression ! Bonne nouvelle tout de même : psychothérapies ou médicaments adaptés peuvent venir à bout de ce désagréable épisode.

  
DossiersDépression : de la déprime au burn-out
 

La dépression peut présenter des formes violentes comme le burn-out ou moindres mais étendues dans la durée comme la dysthymie. On parle aujourd'hui beaucoup de burn-out, l'épuisement professionnel, mais qu'est-ce réellement ? Quand parle-t-on de dysthymie ?

Qu'est-ce que la dysthymie ? © FabrikaSimf, Shutterstock

Le burn-out, dépression des temps modernes

Le burn-out fait aujourd'hui régulièrement la une des journaux. Ce mal des temps modernes signifie littéralement, en anglais, « brûlé jusqu'au bout ». En français, on parle d'épuisement professionnel.

Il peut survenir chez les personnes dont l'activité professionnelle, trop consommatrice de temps et d'énergie, a fini par les épuiser au point qu'elles ont perdu toute motivation. Le stress induit par la surcharge de travail provoque divers dérèglements chimiques, tels que les fameuses montées d'adrénaline. Ce sont autant de signaux qui devraient inciter leur victime à faire une pause, à évacuer cette tension par de l'activité physique, par exemple. Mais, pris dans le tourbillon de travail, l'individu ne prête pas attention aux signaux envoyés par l'organisme, qui s'épuise. La personne en burn-out se réveille un jour complètement démotivée, épuisée, irritable, au point bien souvent qu'elle est incapable d'aller travailler. Les symptômes peuvent alors faire penser à ceux de la dépression « classique » : fatigue, troubles du sommeil, stress... Il faut souvent plusieurs semaines de repos, associées à une thérapie, pour se remettre de cet épisode qui concerne non pas les paresseux mais, au contraire, ceux qui s'impliquent à l'excès dans leur travail.

Le burn-out peut être traduit par « épuisement professionnel », il s'agit d'une dépression liée au travail. © xtof, Flickr CC by nc sa 2.0

La dysthymie, une dépression chronique

La dysthymie, également connue sous le nom de névrose dépressive, est marquée par une dépression chronique, moindre dans ses effets mais plus étendue dans sa durée. Cependant, la tristesse est profonde et l'asthénie qui empêche l'individu de vivre correctement dure au minimum deux ans. Cette forme particulière de dépression se déclenche relativement tôt et peut être présente chez les enfants. Elle est plus difficile à soigner, le patient pouvant donner l'impression de ne pas vouloir sortir de cet état. En effet, il en retire des « bénéfices secondaires » tels que des arrêts maladie fréquents, des obligations sociales moindres, une attention particulière de l'entourage...  Le traitement consiste à recourir aux médicaments jouant un rôle sur les neuromédiateurs tels que la sérotonine, la dopamine et la norépinéphrine.