Santé

Troubles de l'humeur : symptômes dépressifs, déprime et dépression saisonnière

Dossier - Dépression : de la déprime au burn-out
DossierClassé sous :médecine , dépression , trouble du sommeil

-

De 5 % à 10 % de la population française serait touchée par la dépression ! Bonne nouvelle tout de même : psychothérapies ou médicaments adaptés peuvent venir à bout de ce désagréable épisode.

  
DossiersDépression : de la déprime au burn-out
 

Sous le terme générique de « dépression », on regroupe divers troubles de l'humeur. Attention : certains constituent effectivement des syndromes dépressifs particuliers, d'autres en revanche n'ont rien à voir. Voyons ici trois différents états : la déprime, les symptômes dépressifs et la dépression saisonnière.

La dépression saisonnière. © Jpeter2, Pixabay, DP

La déprime, trouble fréquent

La déprime est beaucoup plus fréquente que la dépression mais aussi, et heureusement, beaucoup moins grave. Les symptômes sont souvent proches de ceux de la dépression (tristesse, manque d'entrain, fatigue) mais ils sont beaucoup moins prononcés et, surtout, ils disparaissent seuls en l'espace de quelques jours à quelques semaines. La déprime qui dure est peut-être en réalité une dépression et il faut consulter un médecin.

Les symptômes dépressifs suite à un deuil

Nombre de personnes, suite à la perte d'un proche, ressentent des symptômes dépressifs. Il s'agit bien d'une dépression, mais elle est un peu particulière dans le sens où elle fait partie du processus normal de deuil. Sauf problème supplémentaire, elle va se résorber assez rapidement d'elle-même en quelques semaines. Il peut toutefois être nécessaire de faire appel à un spécialiste qui va aider à soulager la peine. Si les symptômes persistent au-delà de deux mois, il faut consulter : le patient risque de s'enfoncer dans une véritable dépression.

Il ne faut pas confondre déprime et dépression saisonnière. Pour lutter contre la dépression saisonnière, le traitement consiste à s’exposer régulièrement à une certaine intensité de lumière, grâce par exemple à des lunettes de luminothérapie. © DR

La dépression saisonnière

La dépression saisonnière ou hivernale, ou trouble affectif saisonnier (Tas), est liée au manque de lumière, qui influence l'humeur de certaines personnes de façon négative, à l'automne ou pendant l'hiver. La luminosité passe en moyenne de 50.000 lux (indicateur de mesure de la lumière) l'été à 2.000 lux en hiver. Or, la lumière joue un rôle direct sur la production de mélatonine par notre organisme. Cette hormone, sécrétée par la glande pinéale en réponse à l'absence de lumière, est l'un des principaux chefs d'orchestre de nos rythmes chronobiologiques. Durant la saison grise, elle peut être produite également pendant la journée et non plus seulement la nuit. Résultat : la personne est constamment fatiguée et, parfois, déprimée. On parle donc de dépression saisonnière puisque tout rentre dans l'ordre à l'arrivée des beaux jours. Cette forme bien particulière concernerait 15 % de la population. Si les symptômes sont très prononcés, le médecin peut recommander une exposition à la lumière dans des conditions bien définies, dans des centres spécialisés : on parle de luminothérapie.

Et la dépression nerveuse alors, qu'est-ce que c'est ? Elle désigne en fait l'épisode dépressif caractérisé.