À quoi la dépression saisonnière est-elle due ? Durant l’hiver, en Europe, on reçoit en moyenne cinq fois moins de lumière qu’un jour d’été. © andras_csontos

Santé

Dépression saisonnière

DéfinitionClassé sous :médecine , dépression , luminothérapie

La dépression saisonnière, ou trouble affectif saisonnier (TAS), désigne un épisode dépressif lié au manque de lumière naturelle des journées hivernales.

Symptômes de la dépression saisonnière

Les symptômes ressemblent beaucoup à ceux de la dépression classique :

Il faut souffrir deux hivers de suite de ces symptômes pour être considéré comme souffrant d'une dépression saisonnière.

La dépression saisonnière touche plus les femmes que les hommes

La dépression saisonnière touche :

  • davantage les populations éloignées de l'équateur (car la durée des jours varie beaucoup entre été et hiver) ;
  • cinq fois plus les femmes que les hommes.

On considère qu'en Europe le TAS touche entre 2 et 4 % de la population.

Après avoir pénétré dans l’œil, les rayons lumineux se transforment en signaux électriques qui, une fois envoyés au cerveau, libèrent des neurotransmetteurs comme la sérotonine. © Fujifilm FinePix S5700 S700, Max Pixel, DP

Traitements : la luminothérapie à la rescousse

Hippocrate avait déjà lié mélancolie et saisons, mais c'est le docteur Norman E. Rosenthal, psychiatre et chercheur américain au National Institute of Mental Health, qui a été le premier à décrire, en 1984, ces troubles (dont il souffrait) et la possibilité de les traiter avec de la lumière. La luminothérapie consiste à exposer les malades à une lumière de 10.000 lux durant 30 minutes. Cela apporte des améliorations notables après deux semaines de traitement.

Raisons de la dépression saisonnière

Les raisons de la dépression saisonnière semblent multiples. Elle serait liée à un mauvais métabolisme de la mélatonine et de la sérotonine dont la sécrétion est en partie déclenchée par la stimulation de la rétine par la lumière.