Cette sucette électronique combine les cinq saveurs pour créer un goût unique. © Homei Miyashita, YouTube

Tech

Cette sucette électronique permet de créer n'importe quel goût

ActualitéClassé sous :électronique , goût artificiel , goût d'un aliment

Un chercheur japonais a inventé un « synthétiseur électronique de goût », permettant de recréer n'importe quelle saveur en léchant un tube garni de gels colorés. Déguster virtuellement un carré de chocolat ou un bon steak grillé sans aucune calorie, un rêve pour ceux qui tentent de perdre du poids. Voici comment fonctionne ce nouveau gadget.

Envie impérieuse d’un carré de chocolat ou d'une rondelle de saucisson ? Plus besoin de culpabiliser en se jetant sur la nourriture : voici le synthétiseur de goût. Le chercheur japonais Homei Miyashita, de l'université Meiji à Tokyo, a inventé un gadget électronique permettant de recréer artificiellement n'importe quelle saveur avec zéro calorie. Il suffit de lécher langoureusement l'appareil pour avoir la sensation de steak grillé ou de glace à la fraise dans la bouche.

Des tubes de gel comme dans un stylo quatre couleurs

Pour sa sucette électronique, baptisée synthétiseur Norimaki, Homei Miyashita s'est inspiré des écrans numériques, où des pixels RGB (rouge, vert, bleu) sont juxtaposés pour donner une image globale d'une certaine couleur. Le synthétiseur Norimaki combine les cinq différents goûts (acide, salé, amer, sucré et umami) en quantité plus ou moins grande pour créer une saveur unique. La sucette est remplie avec des tubes de gel colorés en agar-agar (un gel visqueux issu d'une algue), comme dans un stylo quatre couleurs. Chaque tube de gel est additionné d'une substance pour donner un des cinq goûts :

  • glycine pour le goût sucré ;
  • chlorure de magnésium pour le goût amer ;
  • acide citrique pour le goût acide ;
  • chlorure de sodium pour le goût salé ;
  • glutamate de sodium pour le goût umami.

L'appareil est enveloppé dans une feuille de cuivre, de telle sorte que lorsqu'on le tient dans la main et qu'on le presse sur la langue, il se forme un courant électrique traversant le corps (rassurez-vous, il est de très faible tension). Ce dernier produit une électrophorèse, un processus qui permet de « trier » les molécules d'un gel en fonction de leur taille. Selon le réglage de l'appareil, le courant électrique empêche certaines saveurs de remonter dans le tube de gel, ce qui réduit le goût associé.

Le synthétiseur de goût Norimaki délivre une combinaison de saveurs à travers des gels colorés que l’on applique sur la langue. Selon le réglage, certaines saveurs peuvent être supprimées ou réduites, ce qui produit un goût particulier. © Homei Miyashita, YouTube

Le goût artificiel pour manger sans calories

Selon Miyashita, le synthétiseur a permis aux utilisateurs d'expérimenter une grande panoplie de saveurs, « allant des bonbons gélifiés aux sushis, sans avoir à mettre un seul aliment dans leur bouche ». Outre sa fonction récréative, le synthétiseur Norimaki pourrait être un outil de gestion du poids, espère Homei Miyashita. Les personnes atteintes d'hypertension pourraient aussi l'utiliser pour reproduire le goût salé sans ajout de sel dans l'alimentation. Le chercheur s'est d'ailleurs directement inspiré de précédents travaux de Hiromi Nakamura, un autre chercheur qui avait développé en 2018 une fourchette électronique mimant le goût salé.

Un cinéma immersif

Le concept devrait aussi intéresser les producteurs de film, qui se sont déjà essayés à des expériences de cinéma « augmenté » avec des sensations physiques et des odeurs. Le film Treehugger : Wawona, présenté en 2017 au Tribeca Film Festival, permettait au spectateur de s'immerger dans une forêt de séquoias en s'équipant d'un casque de réalité virtuelle diffusant des odeurs, d'un gilet pour ressentir les vibrations et d'une veste haptique pour les sensations physiques (flèche, balle, pluie, souffle d'une explosion...). On peut ainsi imaginer la suite du film Ratatouille, dans laquelle on pourra goûter les petits plats du rat Rémy, ou de déguster les Vodka Martini en même temps que James Bond.

On peut quand même douter qu'un tel dispositif parvienne réellement à duper nos sens, étant donné que le goût est aussi une affaire d'odorat, de texture ou même de température des aliments. Pour la glace à la vanille d'accord, mais les bonnes frites croustillantes trempées dans le ketchup, on préfère les vraies !

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !