Bientôt des messages odorants par téléphone ? © Quick Shot Photos, CC by-nc-sa

Tech

Science décalée : pourra-t-on bientôt envoyer des odeurs par Internet ?

Actualité

Sentir l’odeur d’un bouquet de roses virtuelles envoyé par texto ? C’est l’objectif de plusieurs chercheurs qui essayent de reproduire les sensations olfactives en stimulant les cellules nasales. Va-t-on bientôt se balader avec des « écouteurs pour le nez » ?

Imaginez recevoir sur votre téléphone un bouquet de fleurs virtuelles que vous pouvez sentir. Humer l’air de l’océan lors d’une balade en réalité virtuelle au bord de l’Atlantique. Percevoir l’odeur de poudre en regardant un film de guerre. Vous délecter de l’odeur de pizza sur la page Internet d’un restaurant italien ou flairer le parfum de votre dulcinée dans un de ses textos.

Aujourd’hui, les fabricants de produits high-tech rivalisent d’imagination pour nous en mettre plein la vue en matière d’immersion. Le téléphone Hydrogen One permet par exemple d’afficher des images holographiques. Des chercheurs ont mis au point des gants ultra légers à retour haptique pour simuler la sensation de toucher dans les expériences de réalité virtuelle. Les enceintes Bose ou Devialet permettent un « son immersif » à 360°. Des chercheurs ont même mis au point un « chewing-gum électrique », reproduisant un goût salé quand on le mâche. Bref, de quoi mettre nos cinq sens en éveil. Mais il en reste un qui résiste encore à la « virtualisation » : l’odorat.

Un « implant cochléaire pour le nez »

De la même façon que le goût, il est pourtant possible de « simuler » électriquement une odeur. Des chercheurs du Massachusetts Eye and Ear ont ainsi créé un « implant cochléaire pour le nez » avec des électrodes placées par endoscopie dans les cavités de sinus de cinq patients. En stimulant électriquement les nerfs du bulbe olfactif, ces derniers ont pu décrire des odeurs d’oignons ou d’antiseptiques, aigres et fruitées. La procédure, plutôt invasive, est pour l’instant destinée aux personnes atteintes d’anosmie (perte de l’odorat).

Les odeurs sont « créées » via des électrodes stimulant les nerfs du bulbe olfactif. © Imagineering Institute, capture YouTube

Mais d’autres chercheurs espèrent, eux, transformer cette expérience pour le grand public. Dévoilé en 2014, Scentee est un minidiffuseur à fixer sur son smartphone qui vous alerte par un parfum particulier lorsque vous recevez un message Facebook ou une notification. Mais cela reste cher, encombrant, et il faut acheter des recharges régulièrement. Kasun Karunanayaka, un chercheur de l’Imagineering Institute de Malaisie a donc cherché à aller plus loin pour se passer de la chimie. Comme pour l’expérience du Massachusetts Eye and Ear, il a testé un dispositif de « transmission d’odeur » par stimulation électrique. Des électrodes ont été installées dans le nez de 31 volontaires à l'aide de minicaméras, afin de les placer en contact avec les cellules épithéliales olfactives situées à environ sept centimètres à l’intérieur des narines. Ces cellules, normalement stimulées par des composés chimiques, ont ici été soumises à un courant électrique de faible intensité. En faisant varier l’intensité et la fréquence du courant, les cobayes ont pu sentir des odeurs fruitées, sucrées, boisées ou mentholées.

Mini-implant ou casque de stimulation olfactif

Le problème, c’est que l’expérience a été jugée « très désagréable » par les cobayes. « Nous avons eu beaucoup de volontaires au départ, mais après un essai, la plupart n’ont pas voulu revenir car ils ne supportaient pas les électrodes », admet Kasun Karunanayaka. Mais pas de quoi décourager notre chercheur... Celui-ci imagine des implants plus petits ou plus discrets à glisser directement dans le nez, un peu comme des écouteurs. Une autre possibilité serait de stimuler directement le cerveau dans les zones activées par les nerfs olfactifs. Il suffirait alors de porter un casque muni d’électrodes pour respirer l'air pur de la montagne dans votre salon ou humer un bon gâteau au chocolat sur un site de recettes de cuisine.

  • Des chercheurs veulent reproduire les sensations olfactives via une stimulation électrique.
  • Il serait ainsi possible de « sentir » des odeurs virtuelles sur des sites Internet ou un smartphone.
  • Les électrodes sont toutefois pour l’instant très invasives et inconfortables.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi