À l’image de Monster Hunter World, l’année écoulée nous a réservé de bonnes surprises. © Capcom Co.

Sciences

Quels sont les jeux vidéo PC à tester absolument ?

Question/RéponseClassé sous :jeux , jeux vidéo , gamer

L'année vidéoludique 2018 vient de s'achever. Il est maintenant possible de citer les titres les plus marquants, sortis lors de ces douze derniers mois sur PC. Futura vous dresse une liste des jeux à tester absolument.

Depuis toujours, la communauté des gamers est divisée en deux grandes catégories. Il y a ceux qui préfèrent jouer sur PC et ceux qui préfèrent jouer sur console. Les jeux qui sortent sur un support ne sont pas forcément commercialisés sur l'autre et les sensations de jeu sont différentes : l'utilisation du clavier et de la souris ou d'une manette, la taille de l'écran, être assis sur un canapé ou une chaise de bureau, etc. sont des ressentis personnels, propres à chacun.

Cette fois-ci, Futura s'est intéressé aux jeux PC, plus précisément à ceux qui ont été marquants ces douze derniers mois et qu'il faut absolument avoir testés, sous peine d'avoir raté une ou plusieurs perles vidéoludiques. Évidemment, cette liste est subjective et de nombreux autres jeux pourraient prétendre y avoir aussi leur place. 

Monster Hunter World

Catégorie : action RPG

Monster Hunter World est le dernier volet d'une série d'action RPG qui existe depuis 2004 et sa sortie sur PS2. En revanche, elle n'était jamais apparue sur PC jusque-là, c'est la raison pour laquelle le développeur s'est accordé un délai supplémentaire de sept mois entre le lancement du jeu sur consoles et sur PC, il voulait être sûr de ne pas rater son coup, c'est chose faite. Dans Monster Hunter World, le joueur incarne un chasseur de monstres explorant un monde aux environnements très variés et vivants dont l'objectif principal est de progresser en trouvant des composants qui lui serviront à améliorer son équipement.

Les quêtes à accomplir sont des contrats qui s'obtiennent dans les villes, et pour lesquels le joueur dispose de trois tentatives, à réaliser en un laps de temps imparti. Le joueur est ainsi obligé à bien préparer ses missions en sélectionnant les consommables et les armes nécessaires à leurs réussites. Point intéressant, la majorité des quêtes peuvent être faites en solo ou bien en multijoueur, ce qui ajoute un côté fun et convivial au titre. Les affrontements sont titanesques, le joueur se retrouvant fréquemment face à des monstres faisant dix fois sa taille. Ceux-ci sont également plus interactifs que les autres opus grâce à la possibilité de se servir de l'environnement dans sa tactique de combat !

Le gameplay de Monster Hunter World a été amélioré, notamment en ce qui concerne les armes à distance, et les batailles sont toujours aussi techniques. Le joueur dispose de 14 armes pour se débarrasser d'imposantes créatures, chacune d'entre elles possédant des caractéristiques et exigeant un style de jeu particulier. Comme il est de coutume dans la série, la barre de vie des monstres n'apparaît pas, ajoutant ainsi une petite dose de stress au joueur qui ne sait pas exactement où il en est. Néanmoins, en observant avec attention les schémas d'attaque des monstres, ceux-ci affichent des changements indiquant que le héros est plus ou moins avancé dans le combat. 

Le jeu a une excellente durée de vie puisqu'il faut plus de 100 heures pour tout boucler. D'ailleurs, ne pensez pas qu'il se termine à la fin de la trame principale : certains monstres de haut rang sont débloqués à ce moment-là ! Le jeu est aussi disponible sur PS4 et Xbox One. 

Monster Hunter World vous plonge dans la traque de créatures. © Capcom Co.

Pillars of Eternity II: Deadfire

Catégorie : jeu de rôle

Développé en partie grâce à une campagne de financement participatif, Pillars of Eternity II : Deadfire est un RPG, version « old school », qui s'adresse particulièrement aux rôlistes expérimentés. L'action se déroule cinq ans après la fin du précédent opus et commence dans le chaos avec un héros proche de la mort. Le joueur va alors devoir explorer l'archipel du feu éteint (d'où le nom anglais, Deadfire) à la recherche du dieu responsable de ce désordre. Un soin particulier a été porté à l'écriture, la narration est inspirée et cohérente.

Dans Pillars of Eternity II : Deadfire, les choix que font le héros et sa bande ne sont jamais manichéens et forcent le joueur à prendre position entre les différentes factions, s'attirant ainsi les faveurs de certaines, et l'animosité d'autres. Graphiquement réussi et artistiquement abouti, le groupe se déplace en 3D isométrique dans un vaste monde assez ouvert dans lequel les combats se déroulent en semi temps réel.

C'est-à-dire que le joueur a la possibilité à tout moment d'appuyer sur la barre espace pour mettre le jeu en pause et donner des ordres à ses aventuriers. La gestion de l'équipe a été améliorée, gagnant en rapidité, et chaque personnage peut évoluer de multiples façons, de manière hybride, laissant ainsi la place au joueur de trouver les meilleures combinaisons de résistances, d'interruptions et de contrôle de l'adversaire. 
 

Pillars of Eternity est un RPG « old school » obligeant le héros à faire des choix cruciaux en faveur de l’un des peuples de l’archipel du feu éteint. © Dark Rock Industries Ltd.

The Messenger 

Catégorie : jeu de plateforme

The Messenger est un jeu de plateforme 8 bits dans lequel le joueur incarne un jeune ninja, assoiffé d'aventures et qui s'ennuie pendant ses longues séances d'entraînement en vue du retour du Roi Démon... qui, évidemment, arrive beaucoup plus vite que prévu. Heureusement, notre personnage est sauvé par le « Héros de l'Ouest » qui le charge alors de transmettre un parchemin de la plus haute importance. L'aventure suit un scénario à rebondissements qui incorpore une grande dose d'humour : chaque PNJ, ou boss, gratifiant le héros d'une prose bien trouvée et totalement décalée. Si le joueur croise évidemment un certain nombre de monstres dans les différents niveaux, le challenge se situe surtout dans le déplacement du ninja.

Celui-ci doit en effet traverser des mondes hostiles et retors, ses pièges et ses ravins, à l'aide d'une panoplie de pouvoirs qu'il va acquérir au fur et à mesure de l'aventure. Les maîtres mots sont ici timing et précision pour esquiver les obstacles, activer les mécanismes mais aussi, se débarrasser des créatures vous barrant la route en trouvant le moment opportun pour enclencher toutes vos actions.

La difficulté est bien dosée et s'adapte aux compétences que le joueur débloque, le level design est un modèle du genre et est digne des références du genre, Megaman en tête. Mais The Messenger révèle bien des surprises, l'une des plus marquantes d'entre elles étant le passage des graphismes en 16 bits quand le héros traverse certains portails magiques ! Pour le reste, nous n'en dirons pas plus pour ne pas trop spoiler le joueur...

Dans The Messenger, le joueur incarne un ninja devant transmettre un parchemin de la plus haute importance alors que le Roi Démon vient de faire son retour. © Sabotage Studio

Return of the Obra Dinn

Catégorie : jeu d'enquête/aventure

Return of the Obra Dinn est un jeu d'enquête dans lequel le joueur prend la place d'un agent d'assurance chargé d'établir la liste des dégâts subis par l'Obra Dinn, un navire disparu au début du XIXe siècle et ayant subitement réapparu à la dérive, avec quelques cadavres à l'intérieur. Le titre est original sur plusieurs points. Tout d'abord, sur le plan visuel, l'auteur a pris le parti du noir et du blanc ainsi que celui de scènes très détaillées, ce qui confère à l'aventure une identité forte et totalement inédite. Ensuite, en ce qui concerne le gameplay, le héros possède une montre-gousset spéciale qui lui permet, lorsqu'il arrive devant un cadavre, de revoir le moment précis de sa mort.

La scène apparaît après une courte introduction audio et se fige, comme un dessin, avec la possibilité pour le joueur de l'explorer de tous les points de vue et sous tous les angles, en zoomant ou dézoomant à sa convenance. De cette manière, il doit retrouver, à l'instar d'un Cluedo, l'identité de la victime, celle de son assassin, l'arme du crime et le lieu où il s'est produit. C'est en accumulant les indices, et en revisionnant les scènes à la recherche de détails qui lui auraient échappé, que le joueur va pouvoir faire des déductions et proposer des solutions. Les séquences semblent vivantes, l'ambiance est très travaillée sur le plan sonore, participant alors à une immersion plus profonde à bord du mystérieux navire.

Enfin, Return of the Obra Dinn octroie une totale liberté et est très peu directif, offrant ainsi au joueur un vrai sentiment d'accomplissement quand il résout les différentes énigmes. La durée de vie pour terminer l'aventure est bonne pour un jeu de ce type puisqu'il faut compter environ 7 à 8 heures pour percer tous les secrets que renferment l'Obra Dinn.  

Le navire Obra Dinn renferme de nombreux secrets qu’il vous faudra percer afin de comprendre le sort des personnes présentes à son bord. © 3909 LLC

Dragon Ball Z FighterZ

Catégorie : jeu de combat

Dans l'histoire du jeu vidéo, la qualité des titres de la licence Dragon Ball a été vraiment... aléatoire. Si les Budokai et Tenkaichi ont été bons, la liste pourrait être bien plus longue pour les productions médiocres. Les joueurs, malgré les teasers alléchants, ne savaient pas exactement à quoi s'attendre avant la sortie de Dragon Ball FighterZ, mais leurs appréhensions se sont vite envolées pour laisser place à un véritable engouement dans ce qui semble le meilleur titre de la licence jusque-là. Le joueur dispose de vingt-et-un combattants disponibles immédiatement auxquels s'ajoutent trois autres, débloqués au fur et à mesure des batailles.

Les plus mordus ont la possibilité d'acheter un pack supplémentaire de huit personnages. Les points forts de ce jeu sont, sans aucun doute, la qualité des animations pendant les combats et l'impression grisante de maîtriser pleinement la puissance de ces guerriers légendaires. Le gameplay est simple à prendre en main : trois touches servent à taper (attaque légère, moyenne ou forte), une à lancer des boules d'énergie et deux autres à changer de personnages. Les attaques spéciales et les combos dévastateurs des combattants reprennent souvent le même type de combinaison de touches, ce qui permet aux débutants de ne pas passer trop de temps pour maîtriser chaque protagoniste.

Dans Dragon Ball FighterZ, les affrontements se déroulent à 3 contre 3, et l'une des subtilités du gameplay est de bien gérer les phases de changement entre les personnages, de manière à prolonger l'enchaînement des coups le plus longtemps possible. Dès que l'on atteint un niveau correct, la marge de progression reste encore très importante et il faut parfaitement connaître tous les combattants, les attaques et leur portée ainsi que le timing pour les effectuer.

Si vous êtes fan de la licence ou fan de jeu de combat, précipitez-vous sur Dragon Ball FighterZ, disponible sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch.

Dragon Ball FighterZ est le meilleur jeu de la licence sorti en 30 ans. © Bandai Namco
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi