Des taches sombres apparaissent et disparaissent sur la surface brillante du Soleil. La fin de l'astre annoncée ? Pas du tout : ce phénomène tout à fait normal touche aussi d’autres étoiles. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] D'immenses taches solaires observées par le satellite SDO Alors que les taches solaires ont quasiment déserté la surface du Soleil depuis le début de 2017, voici qu’a surgi un archipel, début juillet, qui est rapidement devenu imposant. Le satellite SDO, de la Nasa, a pu observer ces régions actives, qui ressemblent à des tournesols, s’épanouir alors qu’elles transitaient sur la face de notre étoile tournée vers la Terre.

Le SoleilSoleil, comme toutes les étoilesétoiles, peut être assimilé à une gigantesque boule de gazgaz chaud. Sa surface atteint une température de 5.800 kelvinskelvins (K) environ, ce qui correspond à peu près à 5.500 °C. C'est dans la photosphèrephotosphère, une couche de l'atmosphèreatmosphère proche de la surface, que surgissent les taches. La raison en est que la photosphère est en perpétuelle agitation : des mouvementsmouvements de convectionconvection l'alimentent en gaz chaud. Cette agitation des massesmasses de gaz crée et tord le champ magnétiquechamp magnétique, ce pour quoi on parle d'activité solaire.

Les taches solairestaches solaires correspondent à des zones où le champ magnétique est particulièrement intense, ce qui bloque les mouvements de convection : les masses de gaz chaud ne peuvent plus atteindre la photosphère. Ces zones en deviennent donc légèrement plus froides, soit 3.800 K, et apparaissent très sombres par rapport au reste de la photosphère plus chaude, donc plus brillante. Ces phénomènes sont cependant encore largement incompris. Ils relèvent du domaine de la magnétohydrodynamique.

En avril 2014, le satellite SDO (<em>Sun Dynamics Observatory</em>) de la Nasa a repéré une tache solaire, baptisée AR2036, dont la taille vaut trois à quatre fois celle de la Terre. © Nasa, SDO
En avril 2014, le satellite SDO (Sun Dynamics Observatory) de la Nasa a repéré une tache solaire, baptisée AR2036, dont la taille vaut trois à quatre fois celle de la Terre. © Nasa, SDO

Les taches : des indices du cycle solaire

Les taches apparaissent et disparaissent au gré du cycle solaire. En effet, le Soleil alternealterne, selon un rythme de 11 ans en moyenne, entre des périodes de forte activité, s'accompagnant de la formation de nombreuses taches, et des périodes de calme. Le dernier minimum d'activité a été atteint vers 2008-2009, et depuis, le Soleil est entré dans un nouveau cycle. Le plus récent maximum, atteint en 2014, un des plus bas jamais enregistré, a été marqué par un nombre très faible de taches par rapport au cycle précédent. Cette baisse manifeste d'activité semble bien partie pour durer. Des chercheurs estiment que nous assisterons alors peut-être à une diminution minime des températures terrestres - insuffisante, toutefois, pour sauver le climat...

Les taches solaires sont aussi le lieu des éruptions solaireséruptions solaires ou tempêtes solaires, qui se produisent lorsqu'une grande quantité d'énergieénergie est soudainement relâchée. Lorsqu'elles atteignent la TerreTerre, ces tempêtestempêtes l'arrosent de particules chargées et leurs interactions avec la haute atmosphère engendrent des aurores polairesaurores polaires. De puissantes tempêtes peuvent mettre hors service nos moyens de communication modernes (radioradio, InternetInternet, téléphone, etc.) et provoquer des pannes d'électricité à grande échelle.