Des chercheurs de l’université de Toronto (Canada) envisagent qu’il existe, autour de notre Système solaire, une structure magnétique en forme de tunnel. © mozZz, Adobe Stock
Sciences

Le Système solaire serait enveloppé dans un « tunnel magnétique » relié au champ magnétique de la galaxie

ActualitéClassé sous :Système solaire , champ magnétique , voie lactée

Il serait visible dans le domaine radio. Ce « tunnel magnétique » entourerait non seulement notre Système solaire, mais aussi quelques-unes des étoiles proches. Son étude pourrait aider les astronomes à mieux comprendre les champs magnétiques galactiques.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une inversion du champ magnétique terrestre a peut-être changé notre histoire  À en croire Le Guide du voyageur galactique écrit par Douglas Adams, la réponse à tout est à chercher dans le nombre 42. Et des chercheurs de l’université de Nouvelle-Galles du Sud (Australie) lui font un clin d’œil en révélant qu’une inversion du champ magnétique de notre Terre survenue il y a 42.000 ans a eu d’importantes conséquences sur l’environnement de nos ancêtres. Elle a peut-être même mené Néandertal à sa perte. (en anglais) © Université de Nouvelle-Galles du Sud 

Depuis les années 1960, les astronomes sont intrigués par deux structures qu'ils observent dans deux régions bien séparées du ciel. Celle qu'ils appellent l'« éperon polaire nord » et celle qu'ils ont baptisée la « région de l'éventail ». Des structures visibles seulement dans le domaine radio. Aujourd'hui, des chercheurs de l’université de Toronto (Canada) suggèrent qu'elles pourraient en fait correspondre à une seule et unique structure filamenteuse et magnétique, une sorte de tube entourant le bras de local dans lequel est installé notre Système solaire.

S'inspirant d'un article scientifique publié en 1965 et qui posait l'hypothèse que des signaux radio polarisés pourraient être le résultat de notre vision du bras local, depuis l'intérieur de celui-ci, les chercheurs ont imaginé à quoi ces signaux ressembleraient. S'ils étaient considérés d'un point de vue différent. À l'aide de modélisations, de simulations et de données recueillies par des radiotélescopes plus performants aujourd'hui. Ils ont ainsi pu construire un scénario en accord avec les propriétés observées -- comme la forme ou le rayonnement -- de l'« éperon polaire nord » et de la « région de l'éventail ».

Mieux comprendre les champs magnétiques galactiques

Les chercheurs de l'université de Toronto concluent que le tube magnétique qu'ils imaginent pourrait se situer à environ 350 années-lumière de notre Système solaire. Une distance cohérente avec une estimation publiée récemment de celle qui nous sépare de l'« éperon polaire nord » à partir des données de la mission Gaia. Il pourrait s'étendre sur environ 1.000 années-lumière.

Ces résultats devront encore être validés par d'autres études. Peut-être à partir d'observations encore plus précises. Mais s'ils se confirment, ils pourraient apporter aux astronomes des réponses aux questions qu'ils se posent depuis longtemps sur la formation et l'évolution des champs magnétiques dans les galaxies. Sur la manière dont ils se maintiennent aussi. « Les champs magnétiques n'existent pas de manière isolée. Ils doivent tous être connectés les uns aux autres. La prochaine étape consiste donc à mieux comprendre comment ce champ magnétique local se connecte à la fois au champ magnétique galactique à plus grande échelle et aux champs magnétiques à plus petite échelle de notre soleil et de la Terre », conclut Jennifer West, astronome, dans un communiqué.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !