Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel terrestre. © ESA, Hubble, Digitized Sky Survey 2, Davide De Martin

Sciences

Sirius

DéfinitionClassé sous :Astronomie , étoile , Constellation

Sirius est l'étoile la plus brillante du ciel (hormis le Soleil). Nul doute que vous l'avez déjà remarquée par une soirée d'hiver, tremblant dans le ciel au-dessus des immeubles ou des arbres. Elle scintille de toutes les couleurs, relativement bas, lorsqu'elle culmine au-dessus de l'horizon sud (méridien). Cette étoile de magnitude négative (-1,46) brille dans la constellation du Grand Chien, qui suit le célèbre Orion.

Située à seulement 8,6 années-lumière, Sirius (Alpha Canis Majoris, α Canis Majoris) est la cinquième étoile la plus proche du Système solaire. Si nous la voyons si brillante, c'est avant tout de par son voisinage dans notre Galaxie. Sa température en surface est estimée à 9.900 K. De type A1 V, Sirius est 1,8 fois plus grande que notre Soleil et 2,3 fois plus massive.

Sirius A n'est pas seule. Elle a un compagnon beaucoup plus petit -- de la taille de la Terre, mais avec une masse équivalente au Soleil -- et discret (magnitude 8) : Sirius B. Celui-ci est une naine blanche, découverte en 1862 -- la première découverte dans l'histoire de l'astronomie --, elle est séparée d'environ 20 UA (ou 20 fois la distance entre la Terre et le Soleil, ce qui équivaut à la distance entre Uranus et le Soleil). De par sa proximité avec Sirius A, Sirius B est difficile à observer dans un télescope. Mais comme son orbite d'environ 50 ans est elliptique, la séparation entre les deux astres peut varier entre 2,5" et 11,3". Elle sera au maximum vers 2024-2025.

Plutôt proche de nous relativement à la taille de notre Galaxie, Sirius a par conséquent un mouvement apparent dans le ciel assez rapide. En comparant la position de Sirius relevée par Hipparque avec celle qu'il observait au XVIIe siècle, Edmond Halley remarqua que l'étoile s'était déplacée d'environ 30 minutes d'arc (soit la taille de la Pleine Lune) en 18 siècles.

Au centre : Orion (et la rougeoyante Bételgeuse), à sa droite, le Taureau et sous les pieds du Chasseur, le Grand Chien et l’étincelante Sirius. © Masahiro Miyasaka

Sirius dans la mythologie

De par son éclat, Sirius a toujours fasciné l'humanité. Dans l'Égypte ancienne, l'étoile étincelante était identifiée à la déesse Isis. Son lever héliaque (c'est-à-dire qu'elle est la dernière étoile à briller avant le lever du Soleil) coïncidait à cette période avec le solstice d'été et aussi les crues fertiles du Nil. Elle était donc un marqueur important annonçant la nouvelle année.

Avec la précession des équinoxes (dû à l'oscillation de l'axe de rotation de la Terre en 25.900 ans), le lever héliaque de Sirius s'est progressivement décalé dans le temps. Ainsi, à l'époque romaine il se produisait vers le 22 juillet, et le lever avant le Soleil du Grand Chien fut associé aux chaleurs redoutées de l'été. Le terme canicule dérive du latin Canis Major.

Le nom Sirius vient du grec Seiros qui signifie « l'ardente » ou « la brulante ». Encore une fois parce qu'elle paraît en fin de nuit lors des jours de forte chaleur et aussi, bien sûr, pour son éclat.

Le Grand Chien est souvent vu comme le fidèle compagnon du chasseur Orion. Une autre version raconte qu'il serait le chien d'Artemis, déesse de la Chasse.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Orion, l'incroyable constellation du chasseur  Découvrez le Grand Chasseur Orion comme vous ne l’avez jamais vu. En nous dévoilant l’anatomie de cette constellation emblématique du ciel d’hiver de l'hémisphère nord, l’astrophotographe Adrien Mauduit nous met des étoiles plein les yeux. Tous les âges de la vie des étoiles sont ici visibles dans cette immense tapisserie de gaz et de poussières d’où surgissent une multitude d’étoiles. Ouvrez grand les yeux ! Cela se passe dans notre voisinage galactique, à environ 1.500 années-lumière.