En seulement vingt ans, Elon Musk et SpaceX ont révolutionné l'accès à l'espace. Après avoir ouvert un nouveau chapitre de l'histoire des lanceurs avec son Falcon 9 en 2017, neuf ans après le retrait des navettes spatiales en juillet 2011, SpaceX s'apprête à relancer les vols habités américains et devenir la première société privée capable d'envoyer des Hommes dans l'espace ! Une nouvelle ère s'ouvre.

Mercredi soir, SpaceXSpaceX lancera sa première mission habitée à destination de la Station spatiale internationaleStation spatiale internationale. Vendredi dernier, la NasaNasa a donné son feufeu vert à ce vol habité, avec à son bord les astronautesastronautes Bob Behnken et Doug Hurley. Le décollage est donc prévu le 27 mai à 22 h 33 (heure de Paris) depuis le pas de tir 39A du Centre spatial Kennedy, d'où partaient les missions Apollo du programme lunaire de la Nasa. Ce deuxième vol de démonstration, après le premier réalisé en mars 2019, doit qualifier ce système de transport que la Nasa compte ensuite utiliser régulièrement pour la rotation des équipages de la Station.

Ce lancement sera historique à plus d'un titre. Il rendra aux États-Unis la capacité de réaliser des vols habités en toute autonomieautonomie. Une autonomie perdue en 2011 lors du retrait de sa navette spatiale décidé après la perte d'un second engin (Columbia en 2003). Depuis lors, la Nasa et ses partenaires internationaux étaient contraints d'utiliser le système de transport russe SoyouzSoyouz pour envoyer leurs astronautes à bord de la Station spatiale internationale. En devenant la première société privée à réaliser des vols habités, SpaceX ouvre une nouvelle ère pour le transport et les vols spatiaux habités seulement trois ans après avoir ouvert un nouveau chapitre de l'histoire des lanceurslanceurs, avec son lanceur Falcon 9Falcon 9, capable de réutiliser plusieurs fois son étage principal.

Voir aussi

Avec son Falcon 9, SpaceX ouvre un nouveau chapitre de l'histoire des lanceurs

Le véhicule habité Crew Dragon au sommet de son lanceur. On aperçoit clairement la capsule habitée et le module du service autour duquel sont installés les panneaux solaires. © SpaceX
Le véhicule habité Crew Dragon au sommet de son lanceur. On aperçoit clairement la capsule habitée et le module du service autour duquel sont installés les panneaux solaires. © SpaceX

Le pari gagnant de la réutilisabilité

Fondée en 2002 par Elon MuskElon Musk, SpaceX est devenu un acteur majeur de l'accès à l'espace en dépit des nombreuses critiques qui ont fusé à l'encontre d'Elon Musk. Il faut se rappeler qu'Elon Musk était moqué lorsqu'il annonçait vouloir mettre au tapis tous les opérateurs de lancement, pris pour un fou lorsqu'il expliquait comment vouloir coloniser Mars avec une ville sur la Planète rouge dès 2050. Quant à SpaceX, la société était un sujet de plaisanterie dans l'industrie spatiale bien établie. Aujourd'hui, SpaceX et Elon Musk sont pris bien plus au sérieux qu'ils ne l'étaient au début des années 2010. Cette entreprise a fait progresser la technologie spatiale et changer l'économie de cette industrie comme aucune autre ces trente dernières années. De Falcon 1 à Falcon 9, SpaceX est passé de statut de start-upstart-up à celui d'industriel de l'aérospatial qui donne le « la » en matièrematière d'innovations et d'avancées industrielles avec des développements les plus rapides dans l'histoire de l'aérospatial.

Le saviez-vous ?

Alors que les opérateurs de service de lancements américains n’étaient plus devenus concurrentiels, préférant se focaliser sur les lancements gouvernementaux, essentiellement ceux de la Nasa et du Département de la Défense, ils ont laissé à Arianespace et son lanceur Ariane 5 le leadership de nombreux marchés de lancement, dont le lucratif marché de l’orbite géostationnaire. SpaceX a cassé le quasi-monopole d’Arianespace grâce à la réutilisation, une réduction significative des coûts de lancement et une augmentation de la cadence.

Une success-story qui doit beaucoup au soutien financier du gouvernement américain à travers la Nasa et le ministère de la Défense. La mise à disposition de capacités développées par la recherche publique, la signature de contrats de développement et les commandes publiques de lancements ont offert un environnement économique et technologique qui a grandement facilité la tâche de SpaceX. Mais pas seulement. Musk et SpaceX ont tout misé sur la réutilisation, une innovation de rupture, devenue depuis le nouveau standard technologique contraignant ses concurrents à s'en inspirer.

Au-delà de la Station spatiale internationale

Le Crew DragonCrew Dragon ne sera pas seulement utilisé pour les rotations des équipages de la Station spatiale pour le compte de la Nasa. La société d'Elon Musk vise la desserte des futures infrastructures spatiales privées, telles qu'hôtels et stations spatiales privées, et sa commercialisation auprès d'autres clients que la Nasa a déjà débutée. Deux contrats de transport ont déjà été formalisés.

En février 2020, SpaceX et Space Adventures ont officialisé un accord qui permet au tour-opérateur spécialisé dans le tourisme spatial de commercialiser le système de lancement habité de SpaceX. Un premier contrat a été signé et prévoit le transport de quatre passagers fin 2021 dans le cadre d'une mission de cinq jours au-delà de l'orbite de la Station spatiale internationale (environ 410 kilomètres). L'idée est de battre le record mondial d'altitude pour des vols spatiaux privés et de voir la planète TerreTerre comme personne ne l'a fait depuis le programme Gemini de la Nasa, précurseur des missions Apollo.

Le second contrat a été signé avec Axiom Space. Cette société a été sélectionnée par la Nasa pour construire et commercialiser un module qui sera installé sur le port 2 de la Station spatiale en 2024. Axiom Space utilisera les services de transport de SpaceX pour ravitailler son module et amener à son bord scientifiques et touristes qui auront acheté un séjour. Chaque mission emportera trois personnes pour un séjour à bord des complexes orbitaux d'une duréedurée de dix jours.