Sciences

Novembre : les actus qu'il ne fallait pas manquer

ActualitéClassé sous :Vie du site

Le couple le plus people du mois de novembre fut incontestablement celui de Rosetta et Philae. Après des années de vie commune, ils se sont séparés un mercredi 12 quand passa la belle comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Ils sont cependant restés un moment en contact, avant que Philae ne sombre dans le coma, étourdi par le relief ombrageux de sa conquête. On parla aussi d'Alexandre Grothendieck le mathématicien et de Regin, le redoutable espion.

Philae s'est offert une vraie promenade au-dessus de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Après deux rebonds et près de deux heures de balade, l'engin s'est immobilisé de travers, sans être arrimé, et avec une patte en l'air. Mais il parle, il travaille et il envoie des images.

 

Le vaillant et imprévisible Philae aura travaillé jusqu'au bout. Il a foré (une première mondiale), il a analysé l'échantillon recueilli et, lors de sa dernière session d'échanges radio avec Rosetta, il a transmis ses données jusqu'à épuisement de sa pile électrique. Hier soir, il a pu se soulever un peu et pivoter, de sorte d'améliorer son ensoleillement, donc peut-être se réveillera-t-il un jour...

 

Chacun son tour. Après avoir dédié l'essentiel de ses ressources au robot Philae, la sonde Rosetta de l'Agence spatiale européenne entre dans une nouvelle phase de sa mission autour de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Les onze instruments qu'elle a embarqués entrent maintenant en action.

 

Alexandre Grothendieck était l'un des plus grands mathématiciens de tous les temps. Militant écologiste engagé dans les années 1970, il vivait retiré du monde depuis le début des années 1990 dans un village de l'Ariège. Il vient de décéder à l'âge de 86 ans en laissant un héritage mathématique qui reste encore à explorer.

 

Comme nous l'expliquions dans un précédent article, le dernier film du réalisateur britannique Christopher Nolan, Interstellar, contient de nombreuses références à la physique et à l'astrophysique des trous noirs. C'est vers ces objets étranges que sont les trous de ver que nous nous tournons maintenant. Leurs propriétés, toujours théoriques car nous n'avons encore aucune preuve de leur existence, sont en effet au cœur du scénario d'Interstellar.

 

Mercredi 12 novembre, l'atterrisseur Philae se détachera de la sonde spatiale Rosetta et sera lancé vers la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko pour s'y agripper. Futura-Sciences vous fera vivre en direct cette mission historique et à suspense.

 

Bâti sur de nombreuses références à la physique et à l'astrophysique des trous noirs et des trous de ver, le scénario d'Interstellar, du réalisateur britannique Christopher Nolan, demande quelques connaissances préalables pour être pleinement apprécié. Sans gâcher le plaisir du spectateur en dévoilant à l'avance des éléments importants de l'intrigue, voici quelques clés pour pénétrer sans encombre dans les arcanes des espaces-temps courbes de l'univers en compagnie des héros du film.

 

Grâce au VLT, une équipe de chercheurs européens a découvert que les axes de rotation de trous noirs supermassifs situés aux centres d'un échantillon de quasars sont parallèles sur des distances de plusieurs milliards d'années-lumière. En outre, ils ont tous tendance à être alignés sur les vastes structures de la toile cosmique au sein de laquelle ils résident.

 

Quel suspense ! Vous avez été très nombreux à suivre en direct avec nous les sept heures de la descente de Philae. Bien qu'il n'ait pas atterri dans les meilleures conditions — il a sans doute rebondi —, ce petit robot fonctionne et a pu communiquer avec Rosetta et même envoyer enfin la première photo vue du sol. Prochain rendez-vous : la conférence de presse de l'Agence spatiale européenne qui fera le point sur la situation et devrait diffuser les premières images de la comète acquises depuis sa surface.

 

Le premier toucher de Philae sur sa comète a été photographié depuis la sonde Rosetta. On distingue l'atterrisseur quelques minutes avant qu'il ne vienne heurter le sol à quelques kilomètres à l'heure.

 

Pour la première fois, une sonde va se poser sur une comète. Cet exploit, nous le devons à l'Agence spatiale européenne qui, il y dix ans, a lancé la sonde Rosetta à destination de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. Le 12 novembre, elle devrait déposer Philae, un petit atterrisseur. Francis Rocard nous explique cette manœuvre délicate. À l'occasion de cette toute première tentative d'atterrissage sur une comète, Futura-Sciences dédiera la journée du 12 novembre à Rosetta, la pierre de Rosette de l'histoire des comètes et du Système solaire.

 

Identifié par l'éditeur Symantec, Regin est un logiciel malveillant type cheval de Troie qui démontre un niveau de sophistication « rarement vu », suggérant qu'un État pourrait en être le commanditaire. En activité depuis 2008, il aurait servi à espionner des cibles gouvernementales, des entreprises, des chercheurs et des particuliers.

 

L'agence spatiale allemande a confirmé que l'instrument Cosac a détecté des molécules à base de carbone parmi les effluves volatiles s'échappant de la comète Tchouri. En revanche, l'analyse des échantillons de la foreuse SD2 n'a pas encore été examinée par les chercheurs et les résultats semblent incertains.

 

La foreuse SD2 de Philae a été mise en marche. Mais on ne sait pas encore si un prélèvement a été fait... ni s'il restera assez d'électricité pour transmettre les données ce soir, à la reprise du contact radio. Le robot a déjà réalisé une tomographie radar et utilisé ses instruments Mupus et APXS pour analyser la surface autour de lui. Après l'épuisement de sa pile, ses panneaux solaires, mal éclairés, fourniront peu d'énergie. À moins de pouvoir le faire tourner, voire de l'éjecter...

 

Cette nouvelle image réalisée avec Alma révèle avec une précision inégalée à ce jour des détails dans le disque de formation planétaire autour d'une jeune étoile. Ce sont les images les plus précises jamais réalisées dans les longueurs d'onde submillimétriques. Ces nouveaux résultats représentent un pas énorme dans l'observation du développement des disques protoplanétaires et de la formation des planètes.

 

Le buzz du mois : rosetta : les premières images de Philae, l’atterrisseur-baladeur. Un montage réalisé pour montrer la position, plutôt inconfortable, de Philae, posé sur la comète. Une des trois jambes ne touche pas le sol. © Esa/DLR