Sciences

Les satellites PROBA de l'ESA : démonstrateurs de technologies d'avenir

ActualitéClassé sous :Univers , satellites PROBA , demonstrateur technologique

Les satellites PROBA font partie du programme général de technologie de soutien de l'Agence spatiale européenne (GSTP).

La sonde PROBA lancée en 2001

Le premier de la série, Proba-1, a été lancé en octobre 2001 et fonctionne toujours en orbite bien qu'il ait été conçu pour une mission de seulement 2 ans. Sa charge utile primaire est un spectromètre qui exploite les possibilités à rendement élevé de commande et de pointage de l'attitude du vaisseau spatial. Sa mission de démonstration est terminée mais l'ESA l'utilise comme satellite d'observation de la Terre avec succès.

Aujourd'hui, l'ESA développe le deuxième satellite de la série. Son lancement est prévu en septembre 2007 par une fusée Rockot d'Eurockot avec un autre satellite européen (SMOS). Comme son prédécesseur, Proba-2, sera utilisé pour valider de nouvelles technologiques et emportera une charge utile scientifique de 4 instruments.

Charge utile scientifique

La charge utile se compose de 4 instruments scientifiques. SWAP et LYRA seront dédiés à l'observation du soleil de façon à contribuer à la prévision des tempêtes de particules et rayonnements qui sont dues aux éruptions solaires. Quant à DSLP (Dual Segmented Langmuir Probes) et TPMU (Thermal Plasma Measurement Unit), ils fourniront des mesures propres à la météorologie spatiale en mesurant la densité et la composition des électrons du plasma de la magnétosphère terrestre et (DSLP) et en déterminant la densité et la nature des particules ionisées (TPMU).

SWAP (Sun Watcher using Active Pixel System detector and image Processing)

SWAP est un télescope dans l'ultraviolet extrême. Il s'agit d'un modèle réduit et compact de l'EIT (Extreme ultraviolet Imaging Telescope) qui, à bord de l'observatoire SOHO, prend plusieurs fois par jour des clichés de l'activité intense de notre étoile. SWAP prendra, toutes les minutes, des images de la couronne solaire qui est à la température de 1,5 million Kelvin. On espère ainsi mettre en évidence les sources des perturbations qui agissent sur la météorologie spatiale et les relations Soleil-Terre.

LYRA (Lyman-alpha Radiometer)

LYRA est un radiomètre destiné à des mesures d'une grande précision sur la brillance du Soleil dans l'ultraviolet lointain.

Les nouvelles technologies (démonstration)

- Un nouveau type de batterie lithium-ion ;
- Un système de gestion d'énergie et de données évolué, comportant de nombreuses innovations technologiques ;
- Des structures en composite fibre de carbone et aluminium ;
- Un nouveau modèle des roues à réaction, qui tiennent le premier rôle des pointeurs et récepteurs GPS ;
- Un système amélioré de télécommande avec un décodeur en grande partie intégré au software.

Les technologies annexes (qui ne sont pas essentielles à la mission mais qui seront testées)

- Une sonde solaire numérique ;
- Un récepteur GPS à double fréquence ;
- Un système de sonde à fibres pour surveiller les températures et les pressions autour du vaisseau spatial ;
- Un nouveau système de positionnement par suivi stellaire doit être testé avant son emploi sur la mission Bepi Colombo ;
- Un magnétomètre à mesure de flux à très haute précision ;
- Un panneau solaire expérimental avec concentrateur de rayonnement ;
- Un système de propulsion à gaz xénon utilisant des résistojets (mot anglais) et un générateur passif d'azote pour pressuriser les réservoirs de propergols ;
- Une micro-caméra d'exploration (X-CAM) comportant un système optique panoramique.

Cela vous intéressera aussi