Cela vous intéressera aussi

Egnos (European Geostationary Navigation Overlay Service) est un programme ambitieux de l'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne, de la Commission européenne et d'Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne. Réalisé sous la maîtrise d'œuvre de Thales Alenia Space, Egnos est entré en service le 1er octobre 2009.

Ce système de renforcement satellitaire régional pour l'Europe a pour fonction de corriger et améliorer la précision des signaux provenant des systèmes de navigation par satellite existant, tels que GPSGPS -- dont il réduit la marge d'incertitude de 15 ou 20 mètres à 2 mètres --, Glonass ou GalileoGalileo. À cette amélioration de la précision, s'ajoute également une garantie de qualité des signaux, ce que les GNSSGNSS (Géolocalisation et Navigation par un Système de Satellites) ne fournissent pas.

Voir aussi

Galileo : des signaux différents de ceux du GPS

En certifiant ses signaux, d'un point de vue de leurs précisions et de leur qualité, Egnos peut être utilisé pour des usages où la sécurité est essentielle comme l'aviation, les transports, l'automatisation des passages aux péages ou les régimes d'assurance avec primes au kilomètre par exemple. À ses utilisateurs, Egnos fournit une certificationcertification qui les prévient si jamais le positionnement et la navigation souffrent d'une trop grande imprécision.

Améliorer le GPS, Glonass et Galileo

Egnos est un système reposant sur des répéteursrépéteurs embarqués à bord de trois satellites géostationnairessatellites géostationnaires et d'un réseau d'une quarantaine d'éléments répartis dans toute l'Europe pour enregistrer, corriger et améliorer les données des différents services de positionnement et de navigation (GPS, Galileo, Glonass) et de quatre centres de contrôle. Le tout est interconnecté pour couvrir la plupart des États européens, voire les pays voisins de l'Union européenne et ceux d'Afrique du Nord.

Pour fonctionner, Egnos utilise des stations au sol qui captent les signaux, puis les transmettent aux centres de contrôle qui en affinent la précision avant d'envoyer les corrections aux récepteurs des utilisateurs via les satellites en orbite géostationnaireorbite géostationnaire qui embarquent les répéteurs.

En mai 2020, l'Agence spatiale européenne a confié à Thales Alenia Space une étude de définition des évolutions du système d'augmentation européen. Deux contrats ont été signés. Le premier porteporte sur d'éventuelles évolutions d'Egnos pour le domaine de l'aviation, visant à améliorer les performances pour augmenter la sécurité des atterrissages dans des conditions de visibilité très dégradées tandis que le second porte sur l'étude des évolutions nécessaires pour étendre la portée des services pour l'aviation du système Egnos au monde entier.